En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
Amazone Au Pas
Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas Amazone Au Pas

Amazone Au Pas

LUIS D'AGUIAR
          actif entre 1908 et 1912

Époque
1911

Provenance
France

Dimensions
Hauteur : 32 cm
Longueur : 37 cm
Largeur : 13 cm

Signature
Sur le côté droit de la terrasse : Aguiar

Daté
1911

Cartouche de titre sur la face avant de la terrasse
                                 Chantilly Amateur Steeplechase 14 mai 1912
                                                       2ème prix

Matériau
Épreuve en bronze patine brune, reposant sur un socle rectangulaire

Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.

 


Zoom sur l'oeuvre


GTG201811B092

5 400€ TTC.

LUIS D'AGUIAR
     Un exceptionnel artiste enfin dévoilé

D'Aguiar ? Une signature "anonyme" sur un bronze

Il y a dans l’univers du bronze quelques petits mystères que le temps épaissit à mesure qu’il passe…
Alors que certains artistes restent dans la lumière, d’autres tombent dans un obscur oubli sans que l’on n'en connaisse vraiment la raison.

C’est ainsi qu’un jour, apparaît au catalogue d’une maison d’enchères, un beau bronze, signé d’un nom dont on ignore tout.
D’un nom que l’on ne retrouve nulle part.
Les anciens dictionnaires, le Bellier de la Chavigneraie et Auvray, le Stanislas Lami ne le répertorient pas. Les dictionnaires contemporains, le Kjellberg, le Benezit ne le connaissent pas davantage. Nul salon ne l’a exposé… pour autant que l'on sache...

D’où sort donc ce d’Aguiar ?

Les rares fois où il passe aux enchères, l’on se contente d’écrire : « signé d’Aguiar ».
Quelque audacieux commissaire-priseur se lance, et voici notre artiste réputé hispanique, appartenant à l’école espagnole de sculpture…

Il est vrai que son nom, qui figure sur la terrasse des œuvres qu’il a réalisées, en a la consonnance : d’Aguiar.

Quel dommage de laisser cet artiste dans l’ombre.
Il en a fallu de nombreuses heures de patientes recherches pour remonter, tel Thésée suivant le fil d’Ariane, un tout petit peu la piste de ce mystérieux sculpteur.
Mais si la plus grande partie de sa vie reste indéchiffrable, une petite lucarne s’est ouverte …

Faisons la connaissance de Luis d’Aguiar.

Luis d'Aguiar un businessman chilien

En réalité, notre artiste n’est pas espagnol. Ni même portugais, bien qu’il soit issu d’une très ancienne et illustre famille lusitanienne.
Ses ancêtres se sont, en effet, au tout début du 19ème siècle, installés du côté de Valparaiso, avant même l’indépendance du Chili (qui intervint en 1810).
Cependant, dans les années 1860, les d’Aguiar du Chili mettent un pied en France pour affaires, et dès lors, partagent leur temps et leurs activités entre la France, l’Europe et cette lointaine petite bande de terre coincée entre Cordillère des Andes et Pacifique, tout au sud-ouest du continent américain.

Cest ainsi que naît, très certainement dans les années 1870-75, à Valapraiso ? Ou bien à Santiago ? En tout cas au Chili, Luis d’Aguiar.
Son grand-père avait édifié un empire financier. Son père l’internationalisait. La carrière du jeune Luis d’Aguiar était donc toute tracée.
Ses études l’ont éduquées en ce sens : poursuivre les affaires familiales.

Notre Luis d’Aguiar a un esprit fantasque, une âme d’artiste, la beauté du monde le fascine bien plus que les chiffres et les affaires. Il aime chevaucher des heures entières, enivré par le vent de la course. Ses mains le démangent de créer, de libérer ses émotions. Mais ce n’est pas un rebelle.

Il sait que son destin ne lui appartient pas : il porte sur ses épaules les efforts et le labeur de son grand-père puis de son père. Ce seul argument, pour lui, justifie qu’il poursuive cette carrière qui ne l’enthousiasme guère, mais dans laquelle il met néanmoins toutes ses compétences et toute son énergie, toute sa bonne volonté.
Il ne s’aigrit pas de ne pas pouvoir faire ce qu’il aime, il s’accomplit de faire fructifier la firme dont il a hérité. C’est sa fierté.
Il le dit, en toute simplicité, mais avec force : « je suis l’employeur de milliers de personnes. Que deviendraient-elles si je cédais la firme ou décidais de ne plus m’en occuper pour me consacrer à l’art ?» Il n’entend pas faillir à cette tâche.

Une passion, l'équitation et les chevaux

Excellent cavalier et passionné par les chevaux, Luis d’Aguiar s’installe au début de la première décennie du 20ème siècle à Chantilly.
Il se plaît beaucoup dans la petite cité cantilienne entièrement vouée au cheval et à l’équitation. L’inspiration le saisit, et il s’y livre, sans pour autant faillir à son rôle de businessman. « Je suis sculpteur, dit-il sans fausse modestie à Antonio G. Linares, car un jour, j’ai admiré la beauté plastique de mes chevaux. J’ai pris un morceau de glaise, et j’ai façonné l’un d’entre eux… ». Il les fait couler en bronze ces sculptures exécutées avec une grande finesse, une science extrême l’anatomie équine et du mouvement. Il les expose dans une galerie de l’avenue de l’Opéra.

Pris par son métier de financier, il ne sculpte pas autant qu’il le voudrait. Il n’expose qu’une pièce ou deux à la fois. Mais ces œuvres remportent un franc succès auprès des amateurs de chevaux.

Il en fait réaliser quelques éditions, qui partent pour Londres, New York, Buenos Aires… Très peu restent en France. Aujourd’hui, sur le marché des enchères nationales et internationales, il n’est passé, au marteau, que quatre bronzes, pour la période 2007-2018…

Businessman, cavalier, sculpteur... et peintre

Si par raison Luis d’Aguiar est businessman, il est artiste par l’âme et le cœur. Sculpteur il est, nous l’avons vu, et avec quel talent. Mais il sait aussi tenir le pinceau. La peinture lui sert, comme il dit « à exprimer une émotion fugitive qui le frappe, à la vue des belles couleurs d’automne, d’un beau paysage de France. » Sa production picturale devait être encore plus rare que sa sculpture, car aucune de ses œuvres n’est passée aux enchères ces 20 dernières années.

Sculpteur, peintre, Luis d’Aguiar ne se contente pas de produire. Il admire également la production d’autrui, et surtout celle des porcelaines de Chantilly. Touché par leur histoire, leur délicatesse, la diversité de leurs motifs, il en acquis de nombreux services et autres pièces.

Collectionneur de porcelaine aussi... celle de Chantilly bien sûr

Lart de la faïence fut introduit en France au 17ème siècle, en provenance de la Chine qui la pratiquent depuis le 9ème siècle.
Très vite, Colbert qui a compris l’intérêt qu’une telle production peut avoir en France, fait décerner par le roi privilèges et autorisations diverses aux fabricants.
C’est en 1725 que Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé, fonde, en son domaine de Chantilly, une manufacture de porcelaine.
Construite sur les bords de la Nonette, ses eaux alimentaient un moulin qui met en mouvement douze paires de meules servant à la préparation des pâtes. 
Car alors les porcelainiers ignorent tout de l’un des composants essentiels : le kaolin. Aidés par de chimistes, ils inventent donc une « porcelaine tendre » (parce que sans kaolin) dont la « recette » est unique et qu’ils protègent jalousement.
Les premiers gisements de kaolin sont découverts en France à la fin des années 1760. 
Pourtant, ce n’est qu’à partir de l’année 1804 qu’est utilisé le kaolin à Chantilly, créant ainsi une porcelaine dite « dure ». La grande rivale de Chantilly, la manufacture de Sèvres fabrique de la porcelaine dure depuis 1769, portant un grand préjudice à la production cantilienne. En effet, la porcelaine tendre est beaucoup plus fragile et se brise très, trop, facilement.

Dans ses débuts, la manufacture s’attache à imiter les porcelaines (dans leurs décors plus que dans leurs formes) importées de Chine et du Japon par le Prince de Condé. Celui-ci en possédait une belle collection : son inventaire après décès n’en dénombre pas moins de 2 000 pièces !  Les décors sont donc résolument japonisant mêlant les branches fleuries, les bambous, les haies, les semis de fleurs, les grenades, les perdrix, les grues, les dragons, les phénix, les papillons, les scènes de la vie quotidiennes, les jeux d’enfants… Dans la seconde moitié du 18ème siècle, les perfectionnements techniques permettent de diversifier la production de la manufacture. S’ensuit l’adoption de « style rocaille », en vogue à l’époque, qui se caractérise par la forme des objets, donc les anses, les prises de couvercles sont de fruits, de fleurs. Les bords des plats et assiettes se festonnent, ou se contournent ou peuvent imiter les reliefs de la vannerie. Les motifs sont floraux (roses, tulipes, pivoines, primevères) ou animaliers (insectes, papillons, oiseaux).

La Manufacture de Chantilly produit des services de table. Elle est la seule manufacture à le faire, avec celle de Sèvres. Bien que défavorisée par les privilèges colossaux accordés à la manufacture royale de Sèvres (usage exclusif de l’or et de la polychromie), la fabrique de Chantilly se spécialise dans l’ornementation dans les camaïeux de bleus. Ses services de tables connaissent un grand succès et lui permettent de franchir le cap de la Révolution française, mais à partir de 1844, la concurrence de Sèvres, mais aussi de Limoges contraint la manufacture de Chantilly à ne plus réaliser de porcelaine usuelle, mais une porcelaine artistique et de luxe. La guerre de 1870 est fatale à la fabrique de Chantilly qui cesse toute fabrication et ne reprend pas son activité à l’issue du conflit. La porcelaine de Chantilly s’éteint, et tombe même dans l’oubli.

Comment Luis d’Aguiar rencontre cette porcelaine ? Le mystère demeure. Toujours est-il qu’il tombe sous son charme et réunit une grande collection de pièces que d’ailleurs l’on voit se disperser, de temps à autres, dans les maisons d’enchères.

Compositeur et architecte

Esthète jusqu’au bout de l’âme, Luis d’Aguiar ne pouvait pas ne pas toucher à la musique…

Cet artiste atypique possède un orgue chez lui, qu’il a placé devant une fenêtre. Et il compose, parce que, dit-il, « en ces heures où tombe le crépuscule dans ce beau ciel de France, j’aime rêver, et tisser les songes sur le clavier de mon orgue… ».

Alors pourquoi s’étonner lorsqu’il se lance lui-même dans la réalisation, dans le milieu des années 1910, de son cottage cantilien, quartier du Bois Saint-Denis, en bordure de la forêt ? Respectant le style en vogue alors à Chantilly, il fait exécuter, sur ses propres plans, dans le plus pur style anglo-normand, une demeure chaleureuse et agréable à vivre.

                                 

Luis d’Aguiar transforme en beauté tout ce qu’il touche. Il n’en reste pas moins très humble quant à ses nombreux talents. D’une distinction suprême aussi bien dans son attitude, que dans son geste et dans sa parole, il est néanmoins toujours affable, aimable avec chacun, du simple lad aux plus grands qu’il fréquente.

La chasse à courre avec le Rallye-Chambly

Car il en côtoie du beau monde. Businessman international, il se mêle à un univers très select. Dans sa retraite cantilienne, il est invité régulièrement à participer aux chasses à courre de l’équipage du prince Joachim Murat (l’arrière-petit-fils du célèbre maréchal de Napoléon 1er, cinquième du nom), le Rallye-Chambly, à la tête duquel ce dernier avait succédé en 1911, au duc de Chartres. Il lui arrive aussi, bien que beaucoup plus rarement, de chasser avec le Vautrait du Prince de Joinville.

Dans les allées de la forêt de Chantilly, il fréquente les grands noms de la noblesse d’Empire, chevauchant aux côtés de son altesse Royale la Duchesse de Chartres, de la baronne Lejeune, née princesse Marguerite Murat, de la duchesse de Brissac, de la baronne de Neuflize, de lady Duncannon, de la baronne Robert de Rothschild, de la marquise de Chasseloup-Laubat....

Ces gracieuses amazones, cavalières émérites à qui sont revenus plus d’une fois les honneurs de la chasse, lui ont sans conteste fourni l’inspiration d’où sont nées trois de ses plus magnifiques sculptures…

Il aime le mouvement et la difficulté, Luis d’Aguiar. La facilité n’est pas pour lui, ni dans le domaine des affaires, ni à cheval, pas plus que dans la sculpture. Ainsi en est-il de ce très impressionnant bronze représentant cette remarquable amazone sautant un talus (sculptée en 1910).

Un univers fascinant : celui du steeplechase

Grand amateur de chevaux, propriétaire de sa propre écurie, au demeurant plutôt réputée, à la tête d’une fortune florissante, businessman philanthrope, bien introduit dans le monde hippique cantilien, Luis d’Aguiar possède assez de réputation pour, avec le Chantilly Trainer’s Club, dont il est membre, organiser un steeplechase amateur.

Le Chantilly Trainer’s Club réunit régulièrement, depuis de nombreuses années, une bonne cinquantaine d’hommes fortunés, éleveurs, entraîneurs, financiers, sous la présidence de Franck Carter, à l’Hôtel du Grand Condé.

Le rôle de ce Chantilly Trainer’s Club ? Beaucoup discuter du monde hippique, mais aussi organiser quelques manifestations, soutenir quelques actions, être force de proposition auprès de la Société d’Encouragement pour l’amélioration des races de chevaux (créée sous le règne de Louis-Philippe, fin 1833). Ils se retrouvaient également fréquemment, certes sur les champs de courses ou les pistes d’entrainement, mais aussi au golf ou au tir aux pigeons de La Morlaye (près de Chantilly).

Il est bien introduit dans ce milieu, d’autant que le prince Joachim Murat, comme nous l’avons vu, est de ses ami. Celui-ci avait créé, en 1902, la Société des Steeple-Chase de France dont il avait assuré la vice-présidence jusqu’en 1908 avant d’être choisi comme président (aujourd’hui encore, le prix Murat se déroule à Auteuil).

Grand organisateur du Steeplechase amateur
                                 du mardi 12 mai 1912 à Chantilly

La passion s’épanouit dans cet univers tourné exclusivement vers le cheval, et le voilà organisateur lui-même d’un steeple-chase amateur. Le 14 mai 1912 à deux heures et demi, onze jockeys s’alignent au Poteau de l’Entonnoir, au bout de la route de l’Entonnoir qui, du Château de Chantilly, mène au cœur de la forêt. Le parcours est long, 7 200 mètres (le parcours moyen étant de 4 500 mètres). Il comprend 25 obstacles.

Un public très nombreux est au rendez-vous car le très célèbre crack jockey Alec Carter est présent sur la ligne de départ.

Un crack jockey vedette du steeplechase : Alec Carter

Issu d’une longue lignée d’entraîneurs britanniques établis à Chantilly, le jeune Alec Carter, il a 13 ans, se rebelle et refuse d’embraser la profession d’entraineur. Son père le prend en apprentissage comme jockey. A 15 ans, alors qu’il est encore apprenti, il remporte la première d’une longue série de victoires : en 1907, il a tout juste 20 ans, il en a 400 à son actif, 139 pour la seule année 1907 ! Ce record de victoires en une année, s’il a été approché depuis, n’est toujours pas égalé ! Le voilà surnommé l’imbattable. En 1912, Alec Carter est adulé d’un public friand à l’extrême des sports hippiques. En ce mardi 14 mai 1912, le public se presse le long du parcours pour encourager et apercevoir son idole. Idole qui depuis peu, s’affiche avec une demie-mondaine, de 18 ans son aînée, Emilienne d’Alençon, auréolée d’un parfum de scandale à la suite de son divorce d’avec un crack jockey Percy Woodland, et de par les rumeurs de saphisme qui l’entourent. Ce sont les Années Folles, et certains les vivent à fond…

Quoiqu’il en soit, Alec Carter est au top de sa forme, il remporte le steeplechase sur Eddie, un pur-sang de l’écurie de Charles Liénart, propriétaire belge fameux (en 1920, son écurie totalisera 46 victoires sur l’année pour un montant d’1,1 million de francs !).

Après ce steeplechase, Alec Carter continue d’engranger les victoires, jusqu’à remporter, le 21 juin 1914, le Grand Steeplechase d’Auteuil, sur Lord Loris.

Quand le 2 août 1914, la Belle Epoque prend fin brutalement. Comme tous les jeunes hommes de son âge, Alec Carter incorpore le 23ème Dragon. En 1910, il avait fait ses classes dans la cavalerie de Lunéville, en vertu de la loi de 1890, qui stipule que toute personne de parents étrangers née en France devient française après avoir effectué le Service National.

Les batailles s’enchainent, quatre chevaux s’effondrent sous lui, mortellement blessés quand lui n’écope même pas d’une égratignure. Il se sent invincible. Les Boches vont prendre la pâtée, il va bientôt rentrer chez lui. Le 11 octobre 1914, près d’Arras, Alec Carter se familiarise avec sa nouvelle unité. Il vient d’être versé, de manière fort surprenante, mais les chevaux commencent à se faire rares, dans l’infanterie. La mitraille allemande soudain se déchaine. Notre jeune jockey est fauché. Grièvement blessé, la jambe brisée, l’infection gagne rapidement. Il est amputé mais l’infection le tient et les blessures sont trop graves. Il meurt quatre jours plus tard. Le jour même où Lord Loris, le pur-sang avec lequel, quelques mois auparavant, il avait remporté le Grand Steeplechase d’Auteuil, réquisitionné par l’Armée, succombe sous les obus allemand…

Podium et récompense

Mais las, ce jour funeste est encore loin, et, en ce 12 mai 1912, Alec Carter est sur la première marche du podium et savoure sa victoire, une de plus, sous les regards enamourés de ces dames sous leurs ombrelles de dentelles blanches, captivées par ses traits chérubins, son air enjoué et son élégance naturelle.

Sur la deuxième marche du podium, se tient le jockey Chabrier, qui, monté sur Lohengrin, un pur-sang appartenant à l’écurie Lazare, reçoit en plus de son prix en espèces sonnantes et trébuchantes, la magnifique amazone « Au Pas » sculptée par l’organisateur de ce steeplechase, Luis d’Aguiar.

Du troisième, les journalistes n’ont point transmis le nom, simplement rendu hommage à Pavillon, le pur-sang de monsieur Buryeq-Taitedo. A dire vrai, les journalistes étaient fort déçus par cette course. Peu de chutes et toutes si incroyablement peu spectaculaires ! Pas de blessés ! Rien de bien sensationnel à raconter à l’inverse de ce que réservent d’ordinaire les steeplechases !

Un petit coin du voile a été levé...
              mais il reste encore tant à découvrir...

L’histoire de Luis d’Aguiar s’achève sur ce fameux steeplechase. Les journaux de l’époque, consultés, n’ont pas révélé d’autres courses par lui organisées, avant que le feu et le sang ne se déchaîne sur la France, le reste de l’Europe et du monde.

Ni même avant au demeurant.

Luis d’Aguiar occupe dans le monde équestre et cantilien une place importante dans les années 1908-1912. Rien avant… Plus rien après… Il semblerait qu’il soit, lui aussi, mort dans les premiers mois de la Grande Guerre. Toutefois, cette information, pour l’heure non vérifiée, n’est que supposition. Mais les recherches se poursuivent…

Nulle trace de ses compositions, pas plus que de ses peintures. Ne restent aujourd’hui de cet artiste atypique et mystérieux, (à moins que quelque collection particulière ne révèle d’autres œuvres ignorées), que six sculptures, éditées en très, très petit nombre, qui illustrent toutes de manière éclatante son amour inconditionnel pour les équidés …

                                             

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Autres suggestions

350€

EMMANUEL FRÉMIET 1824 - 1910 Époquecirca 1860-1880 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française Sculpture animalière DimensionsHauteur : 8 cmProfondeur : 6,5 cmlargeur : 3,5 cmPoids : 231 gr Signaturesur la partie avant gauche de la terrasse : E. FREMIET Porte le numéro sur la terrasse : 59 MatériauÉpreuve en bronze à patine brune nuancée Composée d'une seule...

750€

Charles Edouard Richefeu 1868-1945 Époque 1920 pour le chef modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 26 cmLongueur : 20 cmProfondeur : 16 cmPoids : 1273 gr Signature : Sur le côté de la terrasse : Ch. Richefeu Cachet du fondeur sur la base arrière de la terrasse, légèrement effacé : Barbedienne. MatériauÉpreuve en...

300€

ALEXANDRE AUGUSTE CARON 1857-1932 ÉpoqueAprès 1916 ProvenanceFrance École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 10 cm             : 11 cm avec le marbreLargeur : 5 cmPoids: 377 gr Signature : Sur le côté de la terrasse : A. Caron MatériauÉpreuve en bronze à patine brune, reposant sur un socle en marbre griotte. Composé d’une seule pièce. Le...

1 100€

TONY NOEL 1845-1909 Époque1874 pour la première sculpture en plâtre1875 pour la première édition en bronze (110cm) Provenance France ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 26 cmLongueur : 25 cmProfondeur : 13 cm Signature : Sur l’arrière de la terrasse : Tony Noël MatériauÉpreuve en bronze à patine brune reposant sur un socle ovale. Composé...

500€

ADOLPHE JEAN LAVERGNE 2ÈME MOITIÉ 19ÈME SIÈCLE Époque : Actif entre 1863 et 1894 Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 24 cmLongueur : 6 cmProfondeur : 4,5 cmPoids : 725 gr. SignatureSur le côté gauche de la terrasse : Lavergne Cartel d’attribution : Pêcheur par Lavergne Inscriptions sous la terrasse MatériauÉpreuve...

1 600€

ALFRED DUBUCAND 1828 – 1894 ÉpoqueDeuxième moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 52 cmLongueur : 30cmProfondeur : 13 cmPoids : SignatureSur l’arrière de la terrasse : A. E. Dubucand. Fils MatériauGroupe en bronze à patine brune reposant sur un socle carré (13X13 cm). Le bronze est complet

400€

J. BOUX 20ÈME SIÈCLE Époquecirca 1930 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 30 cmLongueur : 24 cmPoids : 2,352 kg Signaturesurun patin : J. BOUX MatériauÉpreuve en bronze reposant sur un socle en chrome (rapporté).

2 900€

FRÉDÉRIC-AUGUSTE BARTHOLDI               1834 - 1904 Époque1866 pour la première esquisse en plâtre (Musée d’Orsay) ProvenanceFrance École École française de sculpture DimensionsHauteur : 41 cmLongueur : 37 cmProfondeur : 12 cmPoids : 8,2 kg SignatureSur la terrasse sous le postérieur gauche du cheval : Bartholdi Signature du fondeur sur le rebord arrière...

950€

ALFRED DUBUCAND     1828 – 1894 ÉpoqueDeuxième moitié du 19ème siècle Provenance France ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 25 cmLongueur : 11 cmProfondeur : 9 cmPoids : 2145 gr. Signature Sur l’arrière de la terrasse : Dubucand MatériauGroupe en bronze à patine brune reposant sur un socle ovoïde. Manque : 1 cm environ du bâton sur...

1 100€

EMMANUEL FREMIET        1824-1910 Époquev. 1866 pour le chef-modèle ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 24 cm Longueur : 28 cmPoids : 3362 gr Signaturesur la terrasse : E. FREMIETSignature du fondeur : F. Barbedienne, fondeur MatériauÉpreuve en bronze patine brune, reposant sur un socle ovoïde. Composé d’une seule pièce, le bronze est complet.

450€

HENRI ALFRED JACQUEMART            1824-1896 ÉpoqueDeuxième moitié du 19ème siècle. ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 15 cmLongueur : 9 cmProfondeur : 5 cmPoids : 665 gr SignatureSur la terrasse : A JACQUEMART MatériauÉpreuve en bronze à patine verte nuancée brune reposant sur un socle ovoïde. Le bronze est...

1 500€

EUGÈNE MARIOTON    1857 - 1933 ÉpoqueFin 19ème – début 20ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 44 cmLongueur : 16 cmProfondeur : 26 cmPoids : 7 kg Signaturesur le côté arrière de la terrasse : Eug. Marioton Porte sur le revers de la terrasse le numéro 1724. Marque de fondeur : J. Wilmotte. Liège. MatériauÉpreuve...

1 800€

EMILE PICAULT 1833 - 1915 Époquevers 1865 pour le chef modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 48 cmLongueur : 22 cmProfondeur : 15 cmPoids : 8,5 kg Signature : sur l’arrière de la terrasse : E. PICAULT Titré sur un cartel doré rapporté sur la base indiquant : ESCHOLIER 14ème siècle MatériauÉpreuve en bronze à patine...

650€

ALBERT-ERNEST CARRIER-BELLEUSE                 1824-1887 ÉpoqueCirca 1871 pour le chef modèle ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 27 cmLongueur : 9,5 cmProfondeur : 10 cmPoids : 1.400 kg Signaturesur l’avant de la terrasse : A Carrier Belleuse Titré sur un cartel doré rapporté sur la dernière moulure du socle indiquant :LiseusePar Carrier Belleuse (Gd...

400€

AUGUSTE LOUIS LALOUETTE   1826-APRÈS JUIN 1883 Époquedeuxième moitié du 19ème siècle ÉcoleÉcole de sculpture française Provenance France DimensionsHauteur : 32 cm Longueur : 14 cmPoids : 2,340 kg Signaturesur le devant de la terrasse : LALOUETTE MatériauÉpreuve en bronze à patine dorée reposant sur un socle ciselé en bronze doré.

400€

EMMANUEL FREMIET 1824-1910 ÉpoqueAvant 1858 pour le chef-modèle en bronze ÉcoleÉcole de sculpture animalière Provenance : France DimensionsHauteur totale : 14 cmDiamètre du socle : 6,5 cmpoids : 510 gr Signature : sur l’arrière de la terrasse de la terrasse : E. FREMIET MatériauÉpreuve en bronze plein à patine dorée, reposant sur un socle rond en marbre...

2 600€

ANTONIN MERCIÉ – 1845 - 1916 ÉpoqueCirca 1882-1890 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 52 cmLongueur : 22 cmProfondeur : 20 cmPoids : 11 kg SignatureSur le devant de la terrasse : A. MERCIÉ Portant le titre sur le côté gauche : Quand Même MatériauÉpreuve en bronze à patine mordorée reposant sur un socle ovoïde Signature...

1 400€

EMMANUEL FRÉMIET - 1824 - 1910 Époque1878 pour le chef-modèle en bronze commandé pour la fontaine du Trocadéro ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 17 cmLongueur : 14 cmProfondeur : 6,5 cmPoids : 1275 gr SignatureSur le côté gauche de la terrasse : E. FREMIET Fonte More portant le numéro 4 MatériauÉpreuve en...

300€

Époque : Premier Tiers du 20ème siècle Provenance : France Dimensions du Lettré à la barbeHauteur : 9 cmLongueur : 6 cmProfondeur : 3,5 cmPoids : 299 gr Dimensions du grand LettréHauteur : 10 cmLongueur : 7 cmProfondeur : 3,5 cmPoids : 379 gr Signature : indéchiffrable à l’intérieur du socle MatériauÉpreuves en bronze à patine brune reposant sur un petit...

1 900€

EUGÈNE MARIOTON     1857 - 1933 ÉpoqueCirca 1890-1920 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 57cmLongueur : 12,5cmProfondeur : 13 cmPoids : 11 kg Signaturesur le dessus de la terrasse derrière le pied droit : MariotonPorte un numéro à l’arrière de la terrasse : 186 CSur le bord de la terrasse, cachet du fondeur Sciot Paris...

600€

EMMANUEL FRÉMIET        1824-1910 Époque1885 pour le chef modèle en plâtre ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 39,5 cmLargeur : 30 cm1855 gr. SignatureSur l’avant de la terrasse : E. FREMIET TitreSur le phylactère : CREDO MatériauÉpreuve rare en plâtre à patine mordorée, en excellent étatreposant sur un socle rond Aucun...

1 900€

ANTOINE LOUIS BARYE        1796-1875 Époquecirca 1832 pour le chef modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 14 cmLargeur : 19 cmProfondeur : 11cm Signaturesur l’arrière de la terrasse : BARYE MatériauÉpreuve en bronze à patine brune, de fonte posthume, premier ¼ du 20ème siècleLe bronze est complet.

1 200€

EMILE PICAULT   1833-1915 Époquecirca 1900 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de Sculpture néo-baroque DimensionsHauteur : 44 cmLargeur : 12 cm Profondeur : 16,5 cmPoids : 6,4 kg SignatureSur la terrasse : E. PICAULT TitreSur le rebord de la terrasse, sur une petite plaque ajoutée : LE DEVOIR par E. PICAULTSur le bouclier : Honor et Patria FondeurPas...

1 100€

EMMANUEL FRÉMIET          1824-1910 Époque1873 pour le chef modèle en plâtre ProvenanceFrance École : École française de Sculpture DimensionsHauteur : 40 cmLargeur : 15 cm SignatureSur le dessus de la terrasse : E. FREMIETSur la base de la terrasse, d’un côté et de l’autre de la statue, cachet « cire perdue » Fonte posthume. MatériauBronze à la cire...

1 200€

HENRI MICHEL CHAPU         1833-1891 Époque1870 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française DimensionsHauteur : 36 cmLargeur : 24,5 cmPoids : 6,6 kg SignatureSur la tranche de la terrasse : Chapu Numéroté : 82 FondeurSur la tranche de la terrasse : BARBEDIENNE, Fondeur, Paris RéductionSur la tranche de la terrasse : cachet de réduction Collas MatériauÉpreuve...

600€

EMMANUEL FRÉMIET     1824 - 1910 Époque19ème siècleModèle créé en 1851,représenté au Salon de 1855 Provenance France ÉcoleÉcole française de Sculpture animalière DimensionsLongueur : 14,5 cmlargeur : 14 cmProfondeur : 9,5 cmPoids : 1299 gr. SignatureEn creux sur la terrasse : E. FREMIET MatériauÉdition en bronze à patine brune nuancéeLa sculpture porte le...

550€

HENRI TRODOUX    1810-1890 ÉpoqueFin 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 18 cmLargeur : 31 cmLongueur : 20 cmPoids : 1976 gr. Signaturesur la terrasse avant : TRODOUX MatériauÉpreuve en bronze à patine bruneComposé plusieurs pièces, le bronze est complet

1 400€

ÉpoqueCirca 1918-1940 École française de sculpture Style Art Nouveau Provenance France DimensionsHauteur : 48cmLargeur : 13 cmProfondeur : 9 cmPoids : Signature sur le dos de la manche gauche, Delagrange Porte une marque de fondeur et le numéro 62 sous la tenue du page. Matériau Épreuve en bronze patine brune, reposant un socle en marbre. Le bronze est...

4 600€

PIERRE-JULES MÊNE     1810-1879 Époque 1873 pour la cire originaleaprès 1908 – avant 1939 pour la fonte École française de sculpture orientaliste Provenance France DimensionsHauteur : 49,5cmPoids : Signature sur la terrasse Cachet du fondeur : Susse Frères Editeurs Matériau Épreuve en bronze patine doré, reposant. Le bronze est complet. Expositions et...

850€

Jean Lormier   actif dans le deuxième quart du 20ème siècle ÉpoqueArt Déco (circa 1918-1940) École française de sculpture StyleArt Déco ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 23 cmLongueur : 7 cmLargeur : 7 cmPoids : 1332 gr. SignatureSur la face arrière de la terrasse : J. Lormier                MatériauÉpreuve chryséléphantine en bronze à double patine...