En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
L'Éléphant du Sénégal - Barye
L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye L'Éléphant du Sénégal - Barye

L'Éléphant du Sénégal - Barye

Sculpteur
Antoine Louis Barye 1796 - 1875

Époque
Modèle non daté

1ère édition par l’atelier de Barye vers 1874
(moins de 10 exemplaires),

Ensuite fontes Barbedienne ou Colin

Provenance
France

École
École française de sculpture animalière

Dimensions
Longueur : environ 18,5 cm
Hauteur : environ 13,5 cm
Largeur : environ 6,8 cm

Signature
Sur le rebord de la terrasse : BARYE

Cachet du fondeur COLIN PARIS
Fonte posthume, premier ¼ du 20ème siècle la Maison Colin ayant fondu entre 1882 et 1923

Cachet : bronze

Matériau
Épreuve en bronze à patine brune.


Zoom sur l'oeuvre


GTGBBARYEELEPHANT

3 200€

Antoine Louis Barye « regarder la nature et prendre un parti ! »

Quel homme étrange et myStérieux que cet Antoine-Louis Barye !

Enfermé dans son atelier, préférant la compagnie de ses croquis, de ses plâtres, de ses ébauches, il a vécu sa vie durant les mains dans la glaise et dans la cire, l’esprit absorbé par l’étude de ses modèles. Les évènements de son temps, politiques autant qu’artistiques (si ce n’est son élection à L’Institut, sur la fin de sa vie) ne l’intéressaient pas, il ne s’y montrait tout simplement pas. Les critiques d’art ? À moins qu’ils ne soient des amis personnels, il s’en tenait à distance. Il n’a laissé aucun mémoire, carnet de notes ou lettres. Difficile, sinon impossible de percer à jour cette personnalité aussi hiératique que les lions qu’ils a sculptés…

Fils d’un orfèvre originaire de Lyon mais installé à Paris, et d’une mère issue d’une famille de magistrats, le jeune Antoine-Louis est placé à 13 ans en apprentissage dans une maison d’orfèvrerie, bien qu’il n’ait que très peu fréquenté l’école et ne sache quasiment ni lire ni écrire. La Maison Fourrier gravait, pour les orfèvres, des matrices d’acier destinées à la fabrication de boutons et ornements d’uniformes destinés à la Grande Armée. Antoine Louis Barye s’initia ainsi à la fonte des métaux et aux secrets du travail du métal.

Antoine Louis Barye peint en 1885 (dix ans après sa mort) par Léon Bonnat


1812 :  de l’Espagne à la Russie le canon tonnait. L’Empereur Napoléon avait besoin de toujours plus d’hommes. 160 000 jeunes rejoignaient les étendards. Louis-Antoine Barye n’échappa pas à l’appel, il incorpora la Brigade topographique du Génie, puis le Deuxième Bataillon des Sapeurs du Génie. Deux ans après, le 30 mars 1814, tout juste âgé de 18 ans, le jeune Antoine-Louis Barye était démobilisé. Il réintégra l’atelier Fourrier mais n’y retrouva aucun de ses 9 collègues qui avaient été appelés en même temps que lui. Et la vie continua…Fils d’un orfèvre originaire de Lyon mais installé à Paris, et d’une mère issue d’une famille de magistrats, le jeune Antoine-Louis est placé à 13 ans en apprentissage dans une maison d’orfèvrerie, bien qu’il n’ait que très peu fréquenté l’école et ne sache quasiment ni lire ni écrire. La Maison Fourrier gravait, pour les orfèvres, des matrices d’acier destinées à la fabrication de boutons et ornements d’uniformes destinés à la Grande Armée. Antoine Louis Barye s’initia ainsi à la fonte des métaux et aux secrets du travail du métal.Enfermé dans son atelier, préférant la compagnie de ses croquis, de ses plâtres, de ses ébauches, il a vécu sa vie durant les mains dans la glaise et dans la cire, l’esprit absorbé par l’étude de ses modèles. Les évènements de son temps, politiques autant qu’artistiques (si ce n’est son élection à L’Institut, sur la fin de sa vie) ne l’intéressaient pas, il ne s’y montrait tout simplement pas. Les critiques d’art ? À moins qu’ils ne soient des amis personnels, il s’en tenait à distance. Il n’a laissé aucun mémoire, carnet de notes ou lettres. Difficile, sinon impossible de percer à jour cette personnalité aussi hiératique que les lions qu’ils a sculptés…

En 1816, il était admis dans l’atelier de François-Joseph Bosio (1768-1845), le sculpteur officiel de Napoléon 1er, puis de Louis XVIII. L’enseignement très académique, de type néoclassique dispensé par le maître ne l’influençait guère mais assurait sa technique. Il compléta sa formation dans l’atelier du peintre Antoine-Jean Gros (1771-1835), chef de file de la nouvelle école romantique, dont Les Pestiférés de Jaffa faisait trembler d’émotion tous ceux qui le contemplait. La hardiesse, la fougue, la puissance de l’exécution du peintre imprégnèrent Antoine-Louis Barye et son camarade Eugène Delacroix qui exprimèrent désormais, chacun dans son genre, l’expression de la brutalité naturelle.

Sur la présentation de François-Joseph Bosio, Barye entrait à l’École des Beaux-Arts. Six années durant, il présenta au Grand Prix de Rome plusieurs œuvres, dans la section gravure en médaille, et la section sculpture, sans jamais obtenir ce Premier Prix, qui lui aurait valu un séjour à la Villa Médicis. En 1824, il jetait l’éponge. Marié et père de deux petites filles, il lui fallait faire bouillir la marmite. Aussi dut-il se résoudre à se consacrer à des activités plus lucratives. Il exerçait ses talents pour un orfèvre de très grand renom, protégé du duc d’Angoulême et de la duchesse de Berry, Jacques Henri Fauconnier. Il était chargé de réaliser des animaux de dimensions très réduites. Pour ce faire, il lui faillait étudier ces animaux. C’est ainsi qu’en été (plus tard en hiver), il se rendait dès 5 heures du matin à la Ménagerie du Jardin des Plantes. Le vieux père Rousseaux, le gardien des lieux, lui ouvrait les grilles. Il retrouvait là son ami Eugène Delacroix. Tous les deux observaient, croquaient, ébauchaient les différentes postures, attitudes, caractères physiques et plastiques des animaux exotiques, ou non, que l’on pouvait y admirer.

1832 est l’année de son indépendance : en février, la Maison Fauconnier avait fait faillite et Antoine-Louis Barye s’installait à son compte, 16 quai des Orfèvres, et créait ses propres modèles. La notoriété lui étant venue avec le Salon de 1831 (et plus précisément avec le Tigre dévorant un Gavial), les premières commandes arrivèrent. Le Salon de 1832 était annulé pour cause de choléra. L’année suivante, Louis Antoine Barye présentait plusieurs œuvres, dont le numéro 2458, sobrement intitulé : « Un lion » lui apporte la consécration de son talent. La critique, à la fois déroutée par le thème choisi, et séduite par la puissance romantique de l’œuvre ne tarit pas d’éloge.

Le 2 décembre 1834, il perdait sa femme, âgée de 37 ans. Veuf avec une fillette à charge (l’aînée de ses deux filles, Clara, était morte du choléra en février 1832), il ne tardait pas à prendre une nouvelle compagne, Marie-Antoinette Houdart, de 18 ans sa cadette, qu’il n’épousa que quelques trente années et neuf enfants plus tard.

L’année 1837 marquait un tournant dans la carrière d’Antoine-Louis Barye. Les œuvres qu’il présenta au Salon, pourtant commandes du Duc d’Orléans, sont refusées. Blessé par ce refus, il ne participa plus aux Salons (hormis en 1843) jusqu’en 1850. Loin des bruits de Salons, il se lança dans la production et la commercialisation de ses œuvres. Il ouvrait une fonderie, et un magasin l’année suivante. Pourtant les difficultés financières s’accumulaient peu à peu le contraignant à s’associer avec un industriel spécialisé dans la fonte, Emile Martin. Les ennuis financiers du sculpteur n’en furent pas pour autant résorbés, et il dut gager ses modèles et même son propre outillage pour résorber sa dette au maximum. Il perdit le contrôle sur la production de ses bronzes, qu’il n’avait plus le droit de commercialiser lui-même.

Cette situation perdura jusqu’en 1857. La situation politique s’était alors enfin stabilisée, et les commandes d’Etat reprenaient dont Antoine-Louis Barye bénéficia. En octobre 1854, il avait été nommé professeur de dessin pour le département Zoologie du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris. Ce salaire fixe ajouté à ses commandes lui permit de reprendre sa liberté vis-à-vis d’Émile Martin et de fondre à nouveau seul ses bronzes. Leur édition en petits formats lui permit de toucher un public très nombreux.

Antoine-Louis Barye avait 70 ans, une belle renommée, quand il proposa sa candidature à l’Académie des Beaux-Arts. Mais il ne fut pas élu. Le choc fut dur pour l’égo du sculpteur. Néanmoins deux ans plus tard, il se représentait cette fois avec succès. Puis vinrent les évènements de 1870 qui l’exilèrent quelques mois à Cherbourg. Mais le 25 juin 1875, à 9 heures du soir, son cœur, malade depuis quelques années, cessa de battre.

L’éléphant du Sénégal

Antoine Louis Barye a sculpté 4 éléphants, comme une étude comparative de ces quatre pachydermes d’Afrique et d’Asie. L’Éléphant d’Asie et l’Éléphant d’Afrique sont les deux premiers qu’il ait sculptés, sans doute avant 1857, date de leur première édition. Conçus pour faire pendant, ils ont la même terrasse.

   

                  Éléphant d'Afrique                                                                                         Éléphant d'Afrique
                       (Coll. Part.)                                                                                                (Musée du Louvre)

L’Éléphant de Cochinchine et l’Éléphant du Sénégal, beaucoup plus tardifs que les deux précédents éléphants sculptés par Antoine Louis Barye, ont été voulus pour constituer une paire. L’Éléphant de Cochinchine a été fondu pour la première fois en 1870, l’Éléphant du Sénégal, lui a été édité pour la première fois en 1874. Ces deux modèles développent une dynamique différente des deux premiers. Le mouvement est enlevé, l’action est sur le vif.

   

                            Éléphant de Cochinchine                                                               Éléphant du Sénégal
                               (Musée du Louvre)                                                                (Les Trésors de Gamaliel)

La critique disait d’Antoine Louis Barye qu’il était le « merveilleux interprète des animaux ». Le sculpteur a le génie de saisir ses sujets dans des moments dramatiques qui confèrent une force expressive à chacune de ses figures. Même si la charge émotionnelle est plus faible pour notre Éléphant du Sénégal, on ne peut s’empêcher de demander quel félin prédateur il fuit, de son pas allongé à la fois aérien et pataud ! La composition est audacieuse : trois pattes en levées, l’éléphant étant comme en suspension, reposant seulement sur le postérieur gauche. Le mouvement est dynamique et s’étire dans les deux sens, à la fois vers l’avant par l’antérieur gauche qui est projeté droit devant et vers l’arrière par le postérieur droit encore étiré ou la queue qui semble flotter comme une oriflamme. L’anatomie est fortement accusée, accentuée par les reliefs et méplats.                                                                                                                                        

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Longueur18,5 cm env.
Hauteur13,5 cm env.
Largeur6,8 cm env.
Signaturesur le rebord de la terrasse : BARYE Cachet du fondeur : Colin Marque BRONZE
Matériaubronze à patine brune

Autres suggestions

200€

ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 8 cmLargeur : 3 cmØ du cachet : 2 cm                Poids : 125 gr.SignatureLe long de la tige du coquelicot, Boyer. MatériauBronze à patine médaillé monté sur un piédouche rond dont la base fait office de cachet (non gravé).

950€

SculpteurGiuseppe Grandi 1843-1894 ProvenanceFrance Époque1874-1875 pour le chef modèle ÉcoleMouvement de la Scapigliatura DimensionsHauteur : 32 cmProfondeur : 12 cm Largeur : 18 cmSocle : 12 X 13 cm Poids : 5200 gr. SignatureSur la base de la terrasse : GRANDI Titré sur le bord de la terrasse: NEY MatériauBronze à patine brune reposant sur un socle...

660€

SculpteurGeorges Van der Straeten 1856 - 1928 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole belge de sculpture DimensionsHauteur : 38 cmProfondeur : 12 cm Largeur : 18 cm              Poids : 3225 gr. SignatureDouble signature, l’une sur l’avant de la terrasse, et l’autre sur le côté du boléro   MatériauBronze à patine brune. Composé de plusieurs pièces, le bronze est...

350€

ÉpoqueCirca 1855-1890 SculpteurJules Moigniez 1835 - 1894 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 9 cmLargeur : 5 cmLongueur : 11,3 cm              Poids : 513 grammesSignatureÀ l’avant droit de la terrasse. MatériauBronze à patine brune. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.

1 600€

SculpteurCorneille Theunissen ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 48 cmLargeur : 26 cm    Poids : 5,4 kg SignatureSur le côté de la terrasse. MatériauBronze à patine noire. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.

850€

SculpteurÉdouard Fraisse 1880-1945 ÉpoqueCirca 1920-1930 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 28 cmLongueur : 21 cmLargeur : 25 cm           Poids : 2,864 kg SignatureSur l’arrière droit de la terrasse. MatériauBronze à patine verte. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.

900€

Sculpteur de l’œuvre originelleHenri CHAPU 1833- 1891 Sculpteur de cette reproductionGalicy ÉpoqueCirca premier quart du 20ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 14,5 cmLongueur : 20 cm  Avec cadreHauteur : 21 cmLongueur : 26 cm        Poids : 2,123 gr.SignatureSous l’épaule de Jean-François Millet, en bas à...

400€

SuclpteurAuguste Louis Lalouette 1826-1883 Époque Deuxième moitié du 19ème siècle Provenance France DimensionsHauteur :23 cmLargeur : 11 cmØ du socle : 8,5 cm Poids : 1,118 kg Signature sur le côté droit de la terrasse : LALOUETTE Matériau Épreuve en bronze à patine brune reposant sur un socle ciselé en bronze à patine brune. Composé de plusieurs pièces,...

950€

SculpteurCarl Kauba 1865 - 1922 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole autrichienne de sculpture DimensionsHauteur : 20,5 cmLargeur : 12 cmLongueur : 18 cm Poids : 1849 grammes SignatureÀ l’arrière de la terrasse. MatériauBronze à patine brune reposant sur un socle en pierre. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.

1 450€

      SculpteurCharles Félix GIR 1883-1941 ÉpoqueCirca 1905-1914 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 31 cmLongueur : 20 cmLargeur : 20 cm Poids : 4,821kg SignatureSur l’avant gauche de la terrasse. MatériauBronze à patine brune. Le bronze est complet.  

1 450€

Sculpteur Charles Félix GIR 1883-1941 Époque1908 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsØ de la terrasse : 14 cmHauteur : 30 cmLongueur : 17 cmLargeur :  17 cm       Poids : 4,085 kg SignatureSigné, daté Sur l’avant gauche de la terrasse. Cachet du fondeursur l'arrière de la terrasse : Jaboeuf et RouardIl s’agit donc d’une fonte au...

1 550€

SculpteurMichelangelo Bunoarroti, dit Michel-Ange, 1475 - 1564 (d'après) ÉpoqueCirca 1888 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole italienne de sculpture DimensionsHauteur : 36,5 cmProfondeur : 15,5 cmLargeur : 13,5 cm Poids : 8,100 kgSignatureNon signéMarque du fondeur : sur la base : Barbedienne fondeur Cachet de reproduction mécanique CollasDédicacé : CLUSSEY...

850€

SculpteurÉdouard Letourneau 1851 - 1907 ProvenanceFrance Époquecirca 1900 ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur totale : 16 cmLongueur : 20cmLargeur : 7,5 m Socle Terrasse : 15,8 X 7cm Poids : 1304 grammes SignatureSigné sur le bord de la terrasse : Édouard Letourneau Matériau Épreuve en bronze à patine médaillée.

380€

SculpteurNon signé ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 13,5 cmLargeur : 7,5 cmProfondeur : env. 4 cm              Poids : 640 grammes SignatureNon signé. Marque du fondeur : F. Barbedienne Fondeur. Matériau Bronze à patine brune.

650€

SculpteurProsper Lecourtier 1855-1924 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 13 cmLargeur : 7,3 cmLongueur : env. 22 cm              Poids : 1370 grammes SignatureÀ l’arrière de la terrasse. Matériau Bronze à patine brune. Le bronze est complet.

380€

SculpteurE. Joukanech Époque ca 1918-1930 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 15 cm Terrasse : 4 X 4 cm Socle en onyx vert : 5,5 X 5,5 X 3 cm Poids : 806 grammes SignatureÀ l’arrière du buste: E. Joukanech Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée. La patine présente quelques traces d'usures. 

1 950€

SculpteurJean Bernard Descomps 1872 - 1940 Époque Deuxième moitié du 19ème siècleProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 30 cmProfondeur : env. 13 cmLongueur : env. 45 cm Poids :  grammesSignatureSur le côté de la terrasse : JB Descomps Matériau Épreuve en bronze à patine noire.

2 900€

SculpteurAlphonse Emmanuel de Perrin 1866-1930 ÉpoqueCirca 1886-1930 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 50 cmProfondeur : env. 32 cmLongueur : env. 48 cm Terrasse à pans coupés : env. 24X30 cmPoids :  27 kgSignatureSur le socle de la table côté gauche : Alphonse Moncel Fondeur : Ferdinand BarbedienneMatériau...

220€

ÉpoqueCirca 1900 Art Nouveau ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 9 cmProfondeur : 2,8 cmØ du cachet : 2,5 cm Poids :  168 gr. SignatureNon signé Matériau Épreuve en bronze à patine dorée. Matrice du cachet non gravée

950€

ScultpeurDidier Debut  1824-1893 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 38 cmProfondeur : 10 cm Poids : 3,3 kg SignatureSur l’avant de la terrasse : DebutPlaque d’attribution indiquant : Salon des Beaux-Arts par Debut Prix de Rome. Terrasse hexagonale Matériau Épreuve en bronze à patine brune. Composée de plusieurs pièces,...

780€

SculpteurIrénée Rochard 1906-1984 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 19 cmLargeur : 7,5cmLongueur : 21 cm              Poids : 1,640 kgSignatureÀ l’arrière gauche de la terrasse. Matériau Bronze à patine brune. Le bronze est complet. Aucun manque dans la ramure du cerf.

950€

SculpteurVasily Yacovlevitch Grachev 1831-1905 ÉpoqueCirca 1873-1886 ProvenanceAllemagne ÉcoleÉcole russe de sculpture DimensionsHauteur : 10 cmLongueur : 24 cmLargeur : 14 cm              Poids : 810 grammes SignatureSur le côté gauche de la terrasse, en cyrilliqueÀ l’arrière de la terrasse Matériau Bronze à patine noire. Composé de plusieurs pièces, le...

550€

SculpteurGoyeau – actif entre 1895 et 1920 ÉpoqueCirca 1895-1905 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 30 cmHauteur du piédestal : 10 cmLargeur : 16 cm Base du piédestal : 8 X 8 cm Poids : 3370 grammesSignatureSur le côté gauche du piédestal Matériau Bronze à patine noire

1 900€

SculpteurAlbert Vidal Boudarel – 1888 - ÉpoqueCirca 1910-1940 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur :  30 cmLongueur : 34 cmLargeur :  19 cm SignatureSur le coin arrière de la terrasseLa signature est suivie de l’inscription BRONZE Sur la tranche côté arrière droit : modèle Patrouilleau, qui est la signature de la fonderie...

950€

SculpteurAdrien Étienne Gaudez – 1845-1902 ÉpoqueCirca 1864-1889 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur :  37 cmLargeur :  15 cm Ø : 13cm Poids :  4950 grammes SignatureCartouche d’attribution sur le socle « Espoir de la France par A. Gaudez »Signé sur la terrasse A. Gaudez Matériau Bronze à patine médaille. Composé de...

2 900€

SculpteurAdrien Etienne Gaudez 1845-1902 ÉpoqueChef modèle en plâtre présenté au Salon des Artistes Français de 1889 Acquise par l’État en 1892 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : env. 60 cmLargeur : env. 29 cmProfondeur : env. 22 cm  Poids : 17,20kg Terrasse : 19 X 17 cm SignatureArrière droit de la terrasse : A....

900€

Le Marchand d’Oranges SculpteurDidier Debut 1824 - 1893 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture orientale DimensionsHauteur : 30 cmProfondeur : 20 cmLargeur : 26 cm Poids :  2860 gr. Terrasse Longueur : 14,8 cmLargeur : 11,3 cm Signature Sur la terrasse : Debut Cachet de Garanti Plaque indiquant « Prix de...

2 100€

SculpteurPierre Louis Détrier 1822-1897 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 41 cmLargeur : env. 19 cmProfondeur : 22 cm Base rectangulaire : 16,5 X 19,5 SignatureSur le côté droit de la base Matériau Épreuve en bronze à patine chocolat, reposant sur une terrasse rectangulaire.

720€

SculpteurPaul Mahler 1864 - 1923 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 8 cmLongueur : env. 16 cm Base rectangulaire : 15,5 X 10 Poids : 950 gr SignatureSur la terrasse : entre les deux pattes du chat tranche arrière de la terrasse, signature du fondeur : IHF Fondeur Paris Sous le bronze, cachet et n° 1117 Matériau...

370€

SculpteurThomas Cartier 1879-1943 Époquecirca 1884-1914 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 7 cmLargeur : env. 3 cmProfondeur : 2,5 cm Poids : 226 grammes Ø : 3,8 cmSignatureSur la terrasse : T. Cartier Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.