En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu
VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu VIVE L’EMPEREUR ! - Charles Edouard Richefeu

Vive l'empereur ! Charles Richefeu

Charles Edouard Richefeu 1868-1945

Époque
1920 pour le chef modèle

Provenance
France

École
École française de sculpture

Dimensions
Hauteur : 71 cm

Largeur : 37 cm

Diamètre : 15 cm

Signature : Sur le côté de la terrasse : Ch. Richefeu

Cachet du fondeur sur la base arrière de la terrasse,
Susse Frères Editeurs.

Matériau
Épreuve en bronze à patine brune,
reposant sur un socle de forme ronde.

Composé de plusieurs pièces.


Zoom sur l'oeuvre


GTGBRICHEFEUVIVELEMP3

1 650€

Charles Edouard Richefeu

Chaque artiste à son domaine de prédilection, les thèmes particuliers qu'il aime à traiter. Charles Edouard Richefeu ne fait pas exception à la règle.
Lui, c'est la période napoléonienne.
Il sculpte avec grand bonheur des portraits, des figures de soldats du Premier Empire, aux traits marqués et expressifs, ainsi des groupes militaires aux beaux accents de vérité, aux mouvements vivants, aux lignes à la fois nettes, vigoureuses et souples.

Comme l’écrit le critique Raymond Sélig dans son article sur le Salon des Artistes Français, paru dans la Revue du Vrai et du Beau (10 octobre 1924) : « Son talent sincère d’une si frémissante sensibilité, crée des œuvres d’une émotion très communicative. (…). Serviteur passionné de son art, technicien consommé, artiste sensible, original et vrai, Charles Richefeu est un de nos sculpteurs les plus remarquables et les plus intéressants. »

               (…)
               Derrière un mamelon la garde était massée.
               La garde, espoir suprême et suprême pensée !
               « Allons ! faites donner la garde ! » cria-t-il.
               Et, lanciers, grenadiers aux guêtres de coutil,
               Dragons que Rome eût pris pour des légionnaires,
               Cuirassiers, canonniers qui traînaient des tonnerres,

               Portant le noir colback ou le casque poli,
               Tous, ceux de Friedland et ceux de Rivoli,
               Comprenant qu’ils allaient mourir dans cette fête,
               Saluèrent leur dieu, debout dans la tempête.
               Leur bouche, d’un seul cri, dit : vive l’empereur !
               Puis, à pas lents, musique en tête, sans fureur,
               Tranquille, souriant à la mitraille anglaise,
               La garde impériale entra dans la fournaise.
               Hélas ! Napoléon, sur sa garde penché,
               Regardait, et, sitôt qu’ils avaient débouché
               Sous les sombres canons crachant des jets de soufre,
               Voyait, l’un après l’autre, en cet horrible gouffre,
               Fondre ces régiments de granit et d’acier
               Comme fond une cire au souffle d’un brasier.
               (…)
                              Les Châtiments, L’Expiation XIII, II
                              Victor Hugo, 1853

Considérations techniques

Ce Grognard de la Garde Impériale acclamant son Empereur est en fait la reprise de l’une des figures d’un groupe, sculpté par Charles Richefeu.
Ce groupe représente la charge du Premier Régiment de Grenadiers de la Garde Impériale, le plus illustre de tous les régiments de Grenadiers. L'artiste l'avait réalisé en 1913. Il est conservée au Musée de l’Armée, salle Turenne.

L'année suivante, le sculpteur extrait de ce groupe un personnage, le Grognard qui, les bras levé, acclame son Empereur, et baptise sa nouvelle composition Vive l’Empereur.
Il remanie sa posture, et en fait fondre une statue monumentale de 3,3 mètres de haut. Elle remporte une médaille et lui vaut d’être achetée par l’État. L’on peut la voir dans une coursive donnant sur la cour d’honneur du musée des Invalides, à Paris.
Deux autres groupes de Charles Richefeu, La Charge de Dragons du Premier Empire (1909) et les Grenadiers de la Garde (1910) sont également acquis par le Musée de la Guerre.

À partir de 1920, il édite son Vive l'Empereur en l'ayant réduit. Il remporte un succès d’autant plus vif que les éditions ne sont pas nombreuses, ce qui contribue au caractère exceptionnel de cette statue.
L’une d’entre elle, une édition de 26 centimètres est également visible, depuis 1951, au Maryhill Museum of Art, Goldendale, Washington).

Considérations uniformologiques

Comme tout soldat de la Vieille Garde, notre Grenadier porte la moustache en « crosse de pistolet », des favoris de chaque côté du visage, et les cheveux longs noués en tresse sur la nuque, poudrées de blanc et attachées par un cordonnet terminé d’une grenade d’argent ou de l’Aigle impérial.
Le poudrage des cheveux en blanc est d’ailleurs la raison qui a valu à cette Garde le nom de Vieille Garde. Ce n’est pas le cas de notre Grenadier, mais presque tous les soldats de la Vieille Garde portent à chaque oreille, un anneau aussi grand qu’un écu.

En pleine extension, quasiment sur la pointe des pieds, les bras en l’air.
L’un porte haut son fusil emmanché de sa baïonnette.
L'autre tient à bout de bras sa Ruche à Miel (en langage de Grenardier de la Vieille Garde, son bonnet d’ourson).

Vive l'Empereur

Ne l'entendons-nous pas, notre Grognard, hurler à plein poumons avec coeur et conviction, d’une voix rendue rauque par le Brûle-gueule (entendre la pipe ... en langage de Grognard !) tétouillée à chaque bivouac, et peut-être aussi par quelque alcool bien fort
                                                                                                                   « Vive l’Empereur !!! »
                                                                                                                                      pour célébrer la victoire ou effrayer l'ennemi avant la charge.

Les Grognards de la Vieille Garde

Napoléon Bonaparte crée la Garde Impériale le 28 floréal an XII, dans notre calendrier grégorien, le 18 mai 1804.
Il l’officialise par décret le 29 juillet 1804.
Pourquoi une telle création ? L'Empereur voulait autour de lui un corps d’armée d’élite, chargé de sa défense personnelle, directement sous ses ordres, dont les hommes seraient recrutés parmi les plus anciens et les meilleurs de ses soldats.

Composée de 9798 hommes au départ, ses effectifs augmentent rapidement pour atteindre, en 1814, 112 482 hommes.
À mesure de sa croissance, la Garde est divisée en Jeune, Moyenne et Vieille Garde. Chaque Garde comprend des unités de cavalerie, d’artillerie et d’infanterie, dont les valeureux Grenadiers, illustrés ici par Charles Richefeu, la Vieille Garde concentrant l’élite de l’armée.

Rapidement, la Garde devient non plus seulement protectrice, mais combattante et modèle du reste de l’armée.
Seule la propre valeur du soldat lui permet d’accéder à la Garde Impériale.
Pour entrer dans le régiment d’élite du Premier Grenadiers à pieds de la Garde Impériale,
                              il ne fallait pas moins de dix ans de service (douze ans pour les officiers),
                              avoir toujours eu un comportement irréprochable aux cours de combats,
                              savoir lire et écrire,
                              être doté d’une excellente moralité
                              et… une taille minimum plus de cinq pieds cinq pouces (un mètre soixante-seize).

Mais si elle est fidèle à son Empereur, la Garde grogne. Grogne avez-vous dit ?
En ces jours de novembre 1806- janvier 1807, dans les grandes plaines polonaises, engluées jusqu'aux épaules dans des chemins qui ne sont qu'un immonde magma boueux, la Garde peste et grogne. La pluie tombe et tombe encore. Les cantines ne servent plus qu'une soupe infâme et encore, une fois par jour.
Et oui, la Garde grogne, et grogne contre tout !
                  Contre le froid,
                         contre la pluie, 
                                    contre le gel,
                                             contre la boue,
                                                      contre la faim,
                                                              contre les marches insensées,
                                                                         contre la lourdeur de l’équipement...
Ils peuvent certes avoir raison, ces Grognards, de grogner !
En effet, si le règlement stipule que le soldat ne doit pas porter plus de quarante livres (vingt kilogrammes environ), dans la réalité, il est bien plus chargé, sans compter le poids du sabre, du fusil (long de un mètre cinquante-deux pour presque quatre kilos et demi).

Jamais en peine de sujets de mécontentement, le Grognard !
Parlons en d'ailleurs de ce fusil de 1777 : sa vitesse de tir est lente : de deux coups-minutes, est-ce donc possible ?!! Et son chargement ! Parlons-en de son chargement ! Si terriblement laborieux ! Et le canon, ne s’encrasse-t-il pas bien trop vite ? Est-ce possible ça, de devoir laver et sécher son fusil tous les cinquante à soixante coups ? Non mais vraiment !!
Et encore s'il n'y avait que ça ! Mais non ! Pour couronner le tout, une fois sur quinze tirs environ, le silex ne fonctionne pas.  Et quand le silex ne fonctionne pas... savez vous ce qui se passe ?! RIEN !! Tout simplement,  le coup ne part pas ! Guère pratique face à l’ennemi !

La Garde grogne et bougonne, mais continue d'avancer dans la pluie. Et Napoléon, qui chevauche à leurs côtés, les traite affectueusement de... « Grognards »…

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Autres suggestions

1 450€

      SculpteurCharles Félix GIR 1883-1941 ÉpoqueCirca 1905-1914 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 31 cmLongueur : 20 cmLargeur : 20 cm Poids : 4,821kg SignatureSur l’avant gauche de la terrasse. MatériauBronze à patine brune. Le bronze est complet.  

1 450€

Sculpteur Charles Félix GIR 1883-1941 Époque1908 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsØ de la terrasse : 14 cmHauteur : 30 cmLongueur : 17 cmLargeur :  17 cm       Poids : 4,085 kg SignatureSigné, daté Sur l’avant gauche de la terrasse. Cachet du fondeursur l'arrière de la terrasse : Jaboeuf et RouardIl s’agit donc d’une fonte au...

380€

SculpteurE. Joukanech Époque ca 1918-1930 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 15 cm Terrasse : 4 X 4 cm Socle en onyx vert : 5,5 X 5,5 X 3 cm Poids : 806 grammes SignatureÀ l’arrière du buste: E. Joukanech Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée. La patine présente quelques traces d'usures. 

220€

ÉpoqueCirca 1900 Art Nouveau ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 9 cmProfondeur : 2,8 cmØ du cachet : 2,5 cm Poids :  168 gr. SignatureNon signé Matériau Épreuve en bronze à patine dorée. Matrice du cachet non gravée

780€

SculpteurIrénée Rochard 1906-1984 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 19 cmLargeur : 7,5cmLongueur : 21 cm              Poids : 1,640 kgSignatureÀ l’arrière gauche de la terrasse. Matériau Bronze à patine brune. Le bronze est complet. Aucun manque dans la ramure du cerf.

900€

Le Marchand d’Oranges SculpteurDidier Debut 1824 - 1893 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture orientale DimensionsHauteur : 30 cmProfondeur : 20 cmLargeur : 26 cm Poids :  2860 gr. Terrasse Longueur : 14,8 cmLargeur : 11,3 cm Signature Sur la terrasse : Debut Cachet de Garanti Plaque indiquant « Prix de...

2 100€

SculpteurPierre Louis Détrier 1822-1897 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 41 cmLargeur : env. 19 cmProfondeur : 22 cm Base rectangulaire : 16,5 X 19,5 SignatureSur le côté droit de la base Matériau Épreuve en bronze à patine chocolat, reposant sur une terrasse rectangulaire.

720€

SculpteurPaul Mahler 1864 - 1923 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 8 cmLongueur : env. 16 cm Base rectangulaire : 15,5 X 10 Poids : 950 gr SignatureSur la terrasse : entre les deux pattes du chat tranche arrière de la terrasse, signature du fondeur : IHF Fondeur Paris Sous le bronze, cachet et n° 1117 Matériau...

370€

SculpteurThomas Cartier 1879-1943 Époquecirca 1884-1914 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 7 cmLargeur : env. 3 cmProfondeur : 2,5 cm Poids : 226 grammes Ø : 3,8 cmSignatureSur la terrasse : T. Cartier Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.

280€

ÉpoqueCirca 1900-1914 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : environ 4 cmLongueur : env. 20cm Poids : 470 grammes Matériau Bronze à patine mordorée.

800€

Sœur de Charité SculpteurEmmanuel Frémiet 1824-1910 Époque1859 pour le chef-modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 23 cmLargeur : environ 13 cmØ : env. 9,5cm Poids : 1,686 kg SignatureSur l’avant de la terrasse : E. FremietNuméro sous la sculpture : 477 Matériau Bronze à patine brune.

500€

ArtisteJean Bulio 1827 - 1911 ÉcoleÉcole de sculpture française Époque Circa 1880 pour le chef-modèle Dimensions Hauteur :  env. 30 cm Largeur : env. 18 cm Profondeur : env. 13 cm Poids : 2850 gr. SignatureSur le revers du buste Matériau Épreuve en bronze à patine brune.

160€

ArtisteGeorges Maxim dit Geo 1885 - 1940 ÉcoleÉcole de sculpture française Dimensions Hauteur :  env. 11,5 cm Largeur : env. 6 cm Profondeur : env. 4 cm Poids : 394 gr. SignatureÀ l’arrière de la terrasse Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.

160€

ArtisteGeorges Maxim dit Geo 1885 - 1940 ÉcoleÉcole de sculpture française Dimensions Hauteur :  env. 11,5 cm Largeur : env. 6 cm Profondeur : env. 4 cm Poids : 344 gr. SignatureÀ l’arrière de la terrasse Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.

1 900€

SculpteurAntonio BOFILL - actif en France dans le premier quart du 20ème siècle Époque Début 20ème siècle École École française de Sculpture Dimensions Hauteur : env. 45 cm Longueur : env. 40 cm Largeur : env. 12,5 cm SignatureSigné sur le motif (au pied du sabot antérieur droit), trèsLégendé sur le côté de la terrasse : Le Dernier d’une Race de...

1 200€

SculpteurÉmile Picault – 1833 - 1922 Époque  circa 1865-1914École École française de SculptureDimensions Hauteur : env. 25 cmTerrasse : 7,8 X 7,8 cmPoids : 1867 gr.SignatureSigné à l’arrière de la terrasse sur le motif Épreuve en bronze à patine médaillée composée de plusieurs pièces. Aucun manque.

2 300€

SculpteurÉmile Louis LaporteParis 1858-1907 Époque1884 pour le chef-modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 61 cmLongueur base : 24.5 cmLargeur base : 19.5 cm Poids : env. 14 kg SignatureSigné sur le motif : E. LAPORTE Numéroté : 7239 Marque de Fondeur : Siot Decauville Matériau Épreuve en bronze à patine médaille....

450€

ArtistePierre-Jules Mêne 1810 - 1879 Époque1850 pour le chef modèle Provenance France École École française de Sculpture animalière Dimensions Longueur : env. 10,4 cm Hauteur : env. 2,9 cm Largeur : env. 4,8 cm Poids : 192 gr Signature sur le devant de la terrasse  Daté Matériau Épreuve en bronze, à patine brune reposant sur une terrasse ovale, composée...

650€

SculpteurIsidore Bonheur 1827 - 1901 ÉpoqueDernier tiers 19ème siècle ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsLongueur : 16,5 cmHauteur : 15,5 cmLargeur : 5 cm Poids : 1123 gr. SignatureSur le côté droit de la terrasse, sur le motif  Matériau Épreuve en bronze à patine brune reposant sur une terrasse rectangulaire. À noter un léger saut de...

380€

ArtisteAlexandre LéonardParis, 1821 - 1877 ÉcoleÉcole de sculpture française de sculpture animalière DimensionsHauteur : env. 14 cmTerrasse ovoïde : 18 X 7,5 cmPoids : 820 grammes Signaturesigné sur le motif A. LEONARD  Matériau Épreuve en bronze à patine brune. Fonte d’édition ancienne. 

420€

ArtisteLouis VidalNîmes, 1831 – Paris 12ème, 1892 ÉcoleÉcole de sculpture française de sculpture animalière DimensionsHauteur totale : 15 cm env.Socle ovoïde : 13,6 X 6 cmPoids : 853 grammes Signaturesigné sur le motif Vidal Matériau Épreuve en bronze à patine dorée.Fonte d’édition ancienne.Socle en marbre vert (légères égrenures)

1 150€

Othello ArtisteGeorges Charles CoudrayParis 1862 - 1944 ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur totale : env. 34,5 cmØ Terrasse :  13,5 cmLargeur : env. 18 cm Signaturesigné sur le motif : G. Coudray Matériau Épreuve en bronze à patine chocolat. Socle décoré de motifs.

1 450€

Janissaire ArtisteJean Didier DebutMoulins, 1824 – Paris, 1893 ÉcoleÉcole française de sculpture Époque Circa 1880 DimensionsHauteur totale : env. 32,5 cmTerrasse : 11 X 8,3 cm Poids : 2920 grammes Signaturesigné sur le motif : D. DEBUT Cartel d’attribution : Janissaire, prix de Rome (Didier Debut ayant obtenu un second prix de Rome en 1851)  Matériau...

2 100€

PIERRE-JULES MÊNE    1810-1879 Époque1877 DimensionsHauteur : 53 cmDiamètre du socle : 21 cmLargeur : env. 33 cm SignatureSur le motif, sur l’avant gauche de la terrasse : P.J.MÊNE Datésur le motif : 1877 Présenté en cire au Salon de 1877 (n° 4000) sous le nom de Toréador Spada-Matador.Présenté en bronze, édité par Pierre-Jules Mêne lui-même (n°1349) à...

1 500€

SculptricePrincesse Marie d'Orléans duchesse de WurtembergPalerme (Sicile, Italie) 1813- Pise (Italie) 1839 Époque1835 pour l’épreuve originale en marbre, destinée aux Galeries historiques du Musée du Château de Versailles, inaugurées dans le cadre des festivités du mariage du duc d'Orléans, Ferdinand-Philippe avec Hélène de Mecklembourg-Schwerin, le 10...

280€

ArtisteFranz Peleschka 1873 - ? ÉcoleÉcole de scupture autrichienne DimensionsHauteur :  env. 9,5 cm Largeur : env. 5 cmLongueur : env. 5,5 cm Terrasse : 3 X 3 cm Poids : 428 grammes Signaturesigné sur le bas du dos de la jupe Matériau Épreuve en bronze à patine médaillé, reposant sur un socle carré.Le bronze est complet.

1 250€

ArtisteJames PradierGenève (Suisse) 1790 – Bougival, 1852 ÉcoleÉcole de sculpture française Époque 1852 pour le chef modèle DimensionsHauteur : env. 26,5 cmLargeur : env. 12 cmLongueur : env. 21 cm Signaturesigné : Pradier sculpt. Matériau Épreuve en bronze à patine brune, reposant sur un socle rectangulaire à pans coupés sur le devant. Le bronze est...

800€

ArtisteGeorges GARDETParis, 1863 – 1939 ÉcoleÉcole de sculpture animalière française Époquecirca 1883-1918 DimensionsHauteur : env. 17 cmSocle circulaire :  11 cm de diamètre Poids : 1,967 kg SignatureSigné sur le motif : G. GARDETSur le bord de la terrasse sous la signature : cachet du fondeur, maison SIOTNuméroté sur le bord de la terrasse : P902...

3 800€

SculpteurPierre-Louis Détrier Vougécourt (Haute-Saône) 1822 - Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), 1897 ÉpoquePrésenté au Salon des Artistes français de 1888Groupe en plâtre, sous le numéro 4431. École École française de Sculpture Dimensions Hauteur : env. 42 cmLongueur : env. 34 cmLargeur : env. 18 cm Poids : 14,8 kg SignatureSigné sur le motif, sur...

1 600€

SculpteurÉmile Louis LaporteParis, 1858-1907 Époque1884 pour le chef-modèle ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 42 cmProfondeur : 22 cm Terrasse : 14 X 17 CM SignatureSigné sur le motif : E. Laporte Cartel d'attribution :Salon des Beaux-Arts n°3659 E. Laporte Sculp. Matériau Épreuve en bronze à patine médaille. Composé de plusieurs...