En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
Cadre Noir la Courbette

Cadre Noir la Courbette

ETIENNE LE RALLIC
     1891-1968

Époque
Circa 1913

Provenance
France

Dimensions à vue
Hauteur : 49 cm
Longueur : 32 cm

Dimensions avec cadre
Hauteur : 52 cm
Longueur : 35cm

Encadrement
Baguette en bois vert argenté

Signature
Signé en bas à droite : Le Rallic

Matériau
Lithographie aquarellée


Zoom sur l'oeuvre


GTG201608T010

Etienne LE RALLIC, le cavalier dessinateur

Illustrateur de bandes dessinées et grand spécialiste de scènes équestres, c’est à Angers, Maine-et-Loire, la ville maternelle, qu’Etienne Le Rallic est né le 23 mai 1891. Son père lui est issu d’une longue lignée de paysans bretons du Morbihan, dont il garde la mémoire et s’inspire pour quelques-unes de ses bandes dessinées.
Il commence à dessiner très jeune et bientôt, alors même qu’il n’est pas encore majeur, mais nanti de l’autorisation de paternel, il s’installe à Paris. Par un de ces hasards qui déterminent toute une vie, il rencontre dans le train qui l’emmène, le directeur d’un périodique satirique illustré, Fantasio (qui existe depuis 1906). Celui-ci l’engage sur le champ. C’est le début d’une longue carrière dans la bande dessinée mais aussi dans l’illustration de romans, nouvelles et contes.
En 1912, son service militaire l’amène à l’École de Cavalerie de Saumur. Lorsqu’éclate la Première Guerre, il incorpore le 21ème Dragon. Agent de liaison, il est blessé à la cuisse. Après la fin de la guerre, il poursuit quelques temps sa carrière militaire, tout en continuant sa carrière d’illustrateur. En 1933, une terrible chute de cheval (double fracture du crâne et perte d’un œil) l’oblige à une immobilisation d’une année.
Le cheval qu’il sait si admirablement dessiner est au centre de toute son œuvre aussi bien dans les bandes dessinées (Poncho Libertas, la cavalière du Texas, Jojo cowboy, Yan Keradec, etc), des dessins humoristiques, des scènes équestres et même un traité d’hippologie à Saumur, allant aux dessins humoristiques, etc.
La maladie le contraint à interrompre sa carrière et se retirer, dans une petite ville d’Eure-et-Loir, Sorel-Moussel où il s’éteint le 3 novembre 1968, et, dernier petit clin d’œil, c’est sur une carriole tiré par un cheval qu’il gagne sa place au cimetière.
Son trait si particulier, si bien documenté aussi, place Etienne Le Rallic parmi les plus grands illustrateurs de son époque.

L’œuvre : maître-écuyer du Cadre Noir et son cheval opérant une courbette

L’attention est d’emblée captée par le cavalier et sa splendide et musculeuse monture. L’absence de décor et la sobriété efficace du trait y contribuent. De même que le sujet : l’un de ces sauts d’école du Cadre Noir, toujours aussi fascinant : la courbette
Ce sont les écuyers italiens qui les premiers mettent au point ces sauts impressionnants, afin que leurs chevaux puissent eux-aussi participer aux ballets qui captivent tant les cours princières de la Renaissance. Les écuyers français les découvrent, les ramènent en France. Quelques décennies plus tard (1733), François Robichon de La Guérinière (1688-1751), écuyer ordinaire (c’est-à-dire qu’il servait à temps plein, et non pas par quartier) à du manège des Tuileries, rédige un traité équestre qui aujourd’hui encore fait référence : Ecole de Cavalerie, contenant la connaissance, l’instruction et la conservation du cheval ». Il y codifie les sauts d’école, bien que ceux-ci aient évolué au sein du Cadre Noir à partir de 1847. Seule la cabriole est restée inchangée. De ce fait, elle est identique dans les quatre écoles équestres européennes.
Les sauts d’école, ou « airs relevés », sont donc au nombre de trois : la croupade, la courbette et la cabriole. Si les deux premiers peuvent être exécutés aussi bien montés qu’« à la main », la cabriole, qui est la réunion des deux précédents (le cheval élevant d’abord son avant-main, (ses antérieurs)pour bondir et lancer vigoureusement ses postérieurs en recherchant l’élévation et l’étendue maximales) n’est pratiqué qu’à la main.
Ces sauts sont issus de la tradition de dressage des chevaux de guerre. Ils permettaient d’en obtenir une soumission parfaite, et une très grande maniabilité, qualités du cheval indispensables au cavalier au cœur des combats. Ces sauts nécessitent une grande préparation et une précision minutieuse. Ils n’étaient pas destinés à être pratiqués sur les champs de bataille, bien que la tentation en soit forte pour nombre de cavaliers émérites !
Notre maître-écuyer et son cheval effectuent une courbette, mouvement sur place qui correspond à un cabrer : le cheval se dresse sur ses postérieurs, élevant son avant-main (ses antérieurs). Ceux-ci sont pliés et joints et le cheval doit rester en appui sur ses postérieurs quelques secondes.
Étienne Le Rallic est sans conteste un fin connaisseur de Cadre Noir, il sait que ces sauts d’école, à Saumur, sont exécutés sans étriers. Son cavalier n’est donc pas chaussé. En revanche, il porte, sur sa culotte blanche ses longues bottes à l’écuyère qui depuis peu sont rigides vers le genoux et souples pour le reste de la tige, ainsi que ses éperons dorés. Il ne monte jamais sans ses « gants de Saumur » en daim « de beurre frais ».
Le costume des écuyers du Cadre Noir est caractérisé par sa sévère et sa sobriété : noir galonné d’or. La couleur noire n’est pas la couleur originelle, En effet, au moment de sa création, en 1815, les premiers écuyers recrutés sont tout autant militaires que civils. Souvent d’ailleurs ce sont, pour les militaires, des officiers à la retraite. La couleur de l’uniforme est alors bleu, au demeurant celle de la cavalerie. Progressivement le bleu vire au noir, les écuyers cherchant sans doute à se distinguer de l’encadrement militaire de l’école, vêtu de bleu, mais aussi sans doute un peu à vouloir suivre les costumes noirs lancés par la mode parisienne. Quoiqu’il en soit, en 1898, l’uniforme des cavaliers du Cadre Noir est désormais noir. Si aujourd’hui les écuyers portent plus volontiers le képi (sans doute à l’exception des écuyers féminins : au Cadre Noir, on ne parle pas d’écuyères, mais d’écuyers féminins), le chapeau de manège était dans les années 1910, le tricorne de feutre noir.
Notre cavalier porte sur son chapeau de manège, un bicorne baptisé « le lampion », une grenade enflammée, c’est un militaire. Aurait-il été civil, qu’il aurait porté, sur son bicorne, un soleil doré. Pourquoi donc un soleil ?! Pour évoque le rayonnement du Cadre Noir, ainsi que les origines versaillaises de son enseignement. D’autres détails corroborent l’état militaire de notre écuyer : ses épaulettes dorées et ses médailles. Et si l’on pouvait les distinguer, nous verrions également sur les 9 boutons dorés de sa veste noire reproduite cette grenade enflammée.
En même temps qu’a été adoptée la couleur noire, le galonnage doré l’a également été. Les trois liserés dorés sur la manche de notre cavalier indique qu’il s’agit d’un « maître-écuyer ». Si elle n’avait été pourvue que de deux liserés, nous aurions eu affaire à un écuyer. Le liseré unique indique l’aspirant-écuyer (qui dans l’armée à rang de lieutenant pour le 1er degré et capitaine pour le second degré).

Le Cadre Noir, l’excellence de la cavalerie

Les origines du Cadre Noir remontent loin. Jusqu’à la Renaissance, le cheval était au guerrier et au chasseur. Même si ces deux activités ne s’éteignent pas loin s’en faut avec le 15ème siècle, le cheval pénètrent les cours royales où il participe, par les parades, à la démonstration de sa grandeur et de sa munificence. Les écuyers français mettent au point de nouvelles techniques de monte, et introduisent même les ballets de chevaux pour les grandes fêtes de Versailles.
A la fin du 16ème siècle, Henri IV fonde à Saumur une université protestante doublée d’une académie équestre. En 1763, Louis XV réorganise la cavalerie royale. L’École de Saumur est chargée d’instruire et former les officiers de cavalerie. Les guerres napoléoniennes ont porté un coup terrible à la cavalerie française. Pour la relever, un manège d’académie est créé, toujours à Saumur, en 1814, à côté du manège militaire. En 1825, l’École royale (Charles X règne) de Cavalerie de Saumur est confirmée. En 1830, l’école de Versailles qui forme les jeunes nobles à leur métier de cavalier, est fermée. Saumur devient donc la seule école où se transmet et s’enseigne l’excellence de la tradition équestre française.
Mais alors, d’où vient le Cadre Noir ? Noir, nous avons vu. Cadre, tout simplement parce que sous Napoléon, le Cadre désignait l’encadrement des troupes. C’est ainsi qu’au début de sa création, les cavaliers de Saumur se désignait sous le terme de « Cadre bleu ».
La Grande Guerre marque la mort de la cavalerie militaire française. Désormais, chars et aviation y jouent un rôle prépondérant. Le Cadre Noir s’ouvre aux civils et s’illustre désormais dans les compétions équestres dans les trois grandes disciplines, dressage, saut d’obstacle et concours complet. En 1972, l’École d’Équitation de Saumur passe sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse et des Sports, perdant désormais son statut militaire. En reconnaissance de l’art équestre à la française, tout en discrétion, recherche, patience, finesse, élégance, complicité entre le cavalier et le cheval, l’UNESCO inscrit, en 2011, l’équitation de tradition française et le Cadre Noir de Saumur au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Pour aller plus loin :

Louis CANCE, biographie d’Étienne Le Rallic, HOP no 83 , 1999

Jean-Pierre TULOUP, « Une histoire des écuyers du Cadre Noir de Saumur », Éditions Grandvaux, 237 pages

Guillaume HENRY, « une histoire de l’équitation française », Éditions Belin, Paris 2014, 129 pages

Patrice FRANCHET d’ESPEREY, sous la dir., « François Robichon de La Guérinière, Écuyer du roi et d’aujourd’hui », Acte du Colloque du 14 juillet 2000 à l’École Nationale d’Équitation, Belin, Paris 2000, 2 volumes (le deuxième étant le fac-similé intégral de « L’École de Cavalerie » réalisé à partir de l’édition in-folio de 1733 appartenant à l’École Nationale d’Équitation.), tome 1 : 528 pages

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Autres suggestions

EMMANUEL FRÉMIET 1824-1910 Époque : 1885 pour le chef modèle en plâtre Provenance : France École : École française de Sculpture DimensionsHauteur : 39,5 cmLargeur : 30 cm SignatureSur la terrasse : E FREMIETSur la terrasse : F. Barbedienne fondeur Titre : Sur le phylactère brandi par le Croisé : CREDO MatériauÉpreuve ancienne à patine bruneComposée de...

SOURIS À L'HUITRE Époque : circa 1860-1880 Provenance : France École : Ecole française de sculpture DimensionsHauteur : 7 cm ; 2,8 inchesLargeur : 6,5 cm ; 2,6 inchesProfondeur : 6,5 cm ; 2,6 inches Signature : Dans l’angle aigu de la coquille d’huitre : E. FREMIET Matériau : Epreuve en bronze à patine dorée.Golden patina - Composé d’une seule pièce. Le...

DIDIER DEBUT 1824-1893 Époque : 1889 Provenance : France École : École française de Sculpture Orientaliste DimensionsHauteur : 63 cmLargeur : 24,5 cmProfondeur : 29 cm Signature : Sur la terrasse : Debut Cachet : Sur la tranche « Bronze garanti au titre. Paris » Matériau : Épreuve ancienne en bronze à patine polychromeComplète

EUGÈNE LÉON L’HOËST 1874-1937 Époque : Circa 1910 Provenance : France École : École française orientaliste de Sculpture Dimensions : Hauteur : 21 cm SignatureDos de la statue, en bas de la gandoura : E L’HOESTUn numéro sur le côté gauche de la terrasse : 21 MatériauFonte d’édition du début du 20ème, sans marque d’éditeurBronze à patine brune monté sur un...

EMMANUEL FRÉMIET 1824-1910 Époque : 1860 Provenance : France École : École française de Sculpture DimensionsHauteur : 23,5 cmLargeur : 11 cmProfondeur : 9 cm Signature : Sur la terrasse : E. FREMIET MatériauÉpreuve ancienne en bronze à patine bruneBronze composé de 4 pièces, complet

HAMMAD JABRAN1917 - 1993Époque20ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole marocaine de peinture Dimensions à vueHauteur :60 cmLargeur :81 cm Dimensions avec cadreHauteur : 74 cmLongueur : 94 cm EncadrementCadre à trois baguettes en bois couleur cuivre SignatureSigné en bas à gauche en rouge : Hammad Jabran Localisation en bas à droite en rouge : Marrakech...

CHARLES CERMAK 1877-1966 Époque : Circa 1930 Provenance : France École : École française de peinture provençale Dimensions à vueHauteur : 50 cmLongueur : 65 cm Signature : En bas à droite Matériau : Huile sur toile

PAUL WAENDENDRIES 1911-1991 Époque : 20ème siècle Provenance : France École : École Orientaliste française Dimensions hors cadreHauteur : 39 cmLongueur : 56 cm Dimensions avec cadreHauteur : 49 cmLongueur : 66 cm Encadrement : Cadre à double moulure dorée, de facture moderne. Signature : En bas à droite : Paul Waendendries Matériau : Huile sur panneau

Alexandre Josquin - 19ème siècle Époque : Circa 1842-1870 Provenance : France École : École française de peinture Dimensions avec cadreHauteur : 56,5 cmLongueur :50,5 cm EncadrementCadre doré à moulures et rinceaux de feuilles aux quatre coins.Cadre du 19ème siècle, en parfait état (restauré par l'Atelier de la Feuille d'Or 51-Courtisols) Signature :...

CHARLES LOUIS KRATKE 1848 - 1921 Époque : 1894 Provenance : France École : École française de peinture DimensionsA vueHauteur : 46,5 cmLargeur : 36 cm Avec cadreHauteur : 59 cmLargeur : 50,5 cm Signature : En bas à gauche Matériau : Huile sur panneau Cadre couleur vieil or à rinceaux végétaux et marie-louise de velours bordeaux Quelques très légers petits...

ALPHONSE DE NEUVILLE 1835-1885 Époque : circa 1872-1884 École : École française de dessin et peinture militaire Style : Militaria Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 23 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 33,5 cmLongueur : 43,5 cm Encadrement : Cadre doré, et passe-partout amarante à biseau blanc Signature : Signature grattée en...

ALPHONSE DE NEUVILLE 1835-1885 Époque : Circa 1873 École : École française de peinture et dessin militaires Style : Militaria Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 25,5 cmLongueur : 34 cm Dimensions avec cadreHauteur : 33 cmLongueur : 43,5 cm Encadrement : Cadre doré et passe-partout amarante à biseau blanc Signature : Signé en bas à droite : A de...

HAMMAD JABRAN 1917-1993 Époque20ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole marocaine de peinture Dimensions hors cadreHauteur : 60 cmLongueur : 81 cm Dimensions avec cadreHauteur : 72 cmLongueur : 93 cm EncadrementCadre à simple moulure dorée. SignatureEn bas à gauche : Hammad Jabran MatériauHuile sur toile

LÉON AUGUSTIN LHERMITTE 1844-1925 Époque : Circa 1864-1880 Ecole : École française de peinture naturaliste Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 33,7 cmLongueur : 19,6 cm Dimensions avec cadreHauteur : 56 cmLongueur : 42 cm Encadrement : Cadre à baguettes encadrantes argentées et moulure centrale noire, et passe-partout beurre frais à biseau...

ALPHONSE LALAUZE 1872-1936 Époque : Début 20ème siècle Provenance : France École : École française - Peinture militaire Dimensions hors cadreHauteur : 28 cmLongueur : 21 cm Dimensions avec cadreHauteur : 34cmLongueur : 41 cm EncadrementCadre aux bords dorés et pourpre au centre incurvé, de facture moderne, avec passe-partout et biseau anglais doré....

ALPHONSE LALAUZE 1872-1936 Époque : début 20ème siècle Provenance : France ÉcoleÉcole françaisePeinture militaire Dimensions hors cadreHauteur : 28 cmLongueur : 21 cm Dimensions avec cadreHauteur : 34cmLongueur : 41 cm Encadrement : Cadre aux bords dorés et pourpre au centre incurvé, de facture moderne, avec passe-partout et biseau anglais doré. Signature...

ALPHONSE LALAUZE 1872-1936 Époque : Décembre 1930 Provenance : France ÉcoleÉcole française de peinturePro Militaria DimensionsHauteur : 32 cmLongueur : 21 cm Signature : En bas à gauche : Alph Lalauze Matériau : Aquarelle et gouache sur carton

LÉON AUGUSTIN LHERMITTE 1844-1925 Époque : Circa 1864-1880 Ecole : École française de peinture naturaliste Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 33,7 cmLongueur : 19,6 cm Dimensions avec cadreHauteur : 56 cmLongueur : 42 cm Encadrement : Cadre à baguettes encadrantes argentées et moulure centrale noire, et passe-partout beurre frais à biseau...

ARMAND-JULES LE VEEL          1821-1905 Époque19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de Sculpture DimensionsHauteur : 38.8 cm (30 cm au "chapeau") SignatureSur le côté droit de la terrasse : A LEVEELCachet du fondeur : Susse Frères MatériauÉpreuve bronze à belle patine brune Aucun manque : le sabre d’officier, sa dragonne et son gland, le mât...

EUGÈNE DELAPLANCHE 1836-1891 Époque : 1873 Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 43 cmProfondeur : 25,5 cm Signature : Signé, daté sur l’arrière rebord du repose-pied : De Laplanche 1873 Un numéro sur le côté droit de la terrasse : CH. C. 342 Signature Fondeur : Barbedienne Fondeur sur le côté droit de la terrasse...

EMILE HEBERT 1828-1893 Époque : Actif sous le Second Empire et la Troisième République Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 22,5 cmLongueur : 81 cmProfondeur : 13 cm (sans les rames) ; 32,5 avec les rames Signature : Sur le côté gauche de la terrasse : E. Hébert Cartel de titre en bronze doré : Le Champion...

PAUL EDOUARD DELABRIÈRE           1829-1912 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 9 cmLongueur : 15 cmProfondeur : 6,5 cm Signaturesur l’avant de la terrasse : E. DELABRIERE MatériauÉpreuve en bronze à patine brune, légères usures. Composé d’une seule pièce. Le bronze est...

ETIENNE LE RALLIC   1891-1968 Époquecirca 1913 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur : 49 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 52 cmLongueur : 35 cm EncadrementBaguette en bois vert argenté SignatureSigné en bas à droite, Le Rallic MatériauLithographie aquarellée

MAXIMILIEN-LOUIS FIOT           1886 - 1953 ÉpoquePremière moitié du 20ème siècle ÉcoleÉcole française de Sculpture animalière DimensionsHauteur : 38 cmProfondeur : 20 cmLongueur : 66 cm SignatureSur le côté gauche : M. Fiot MatériauBronze à patine verte FondeurÉdition fondue par la maison Susse Frères, Paris,signature et cachet du fondeur.

ADOLPHE JEAN LAVERGNE 2ÈME MOITIÉ 19ÈME SIÈCLE Époque : Actif entre 1863 et 1894 Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 24 cmLongueur : 6 cmProfondeur : 4,5 cmPoids : 725 gr. SignatureSur le côté gauche de la terrasse : Lavergne Cartel d’attribution : Pêcheur par Lavergne Inscriptions sous la terrasse MatériauÉpreuve...

EpoqueCirca 1920-1930 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 8,6 et 8 cmLongueur : 8 et 7 cmPoids : 77 gr                      MatériauArgent 800 ‰ Inscriptions très fines et illisibles sous le dessous de chaque jonque, la même semble-t-il pour les deux jonques. Les gréements sont complets.Seule une rame de la plus petite jonque fait défaut.

EMMANUEL FRÉMIET 1824 - 1910 Époquecirca 1860-1880 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française Sculpture animalière DimensionsHauteur : 8 cmProfondeur : 6,5 cmlargeur : 3,5 cmPoids : 231 gr Signaturesur la partie avant gauche de la terrasse : E. FREMIET Porte le numéro sur la terrasse : 59 MatériauÉpreuve en bronze à patine brune nuancée Composée d'une seule...

CHARLES ARTHUR BOURGEOIS 1838-1886 Époque : 1863 pour la première sculpture en plâtre École : École française de sculpture orientaliste Provenance : France DimensionsHauteur hors marbre : 56,5 cmDiamètre de la terrasse : 14,5 cmLargeur : env. 32 cm Signature : à l’arrière de la terrasse : Arthur Bourgeois Sculp.teur Cachet indiquant Exposition de 1900...

EMMANUEL FREMIET        1824-1910 Époquev. 1866 pour le chef-modèle ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 24 cm Longueur : 28 cmPoids : 3362 gr Signaturesur la terrasse : E. FREMIETSignature du fondeur : F. Barbedienne, fondeur MatériauÉpreuve en bronze patine brune, reposant sur un socle ovoïde. Composé d’une seule pièce, le bronze est complet.

Antoine-Louis Barye       1796-1875 Époquevers 1870 École française de sculpture animalière ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 8,2 cmLongueur : 4,8 cmLargeur : 3,2 cmPoids : 137 gr. SignatureArrière droit de la terrasse : BARYE                 FondeurBord gauche de la terrasse : F. BARBEDIENNE Fonte posthume (entre 1880 et 1930) Numéroté sous la...