En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
Jehanne d’Arc
Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc Jehanne d’Arc

Jehanne d’Arc - Antonin Mercié

Artiste
Antonin Mercié 1845-1916

Époque
1906 pour le chef modèle présenté au Salon sous le numéro 3367

Provenance
France

École
École française de sculpture

Dimensions
Hauteur :  34 cm
Longueur : 10  cm
Profondeur : 10,5 cm
Poids :  1,8 kg

Signature
sur le côté droit de la terrasse : a mercié

Matériau
Épreuve en métal à patine noire reposant sur un socle en marbre vert de mer.
La sculpture est complète. 


Zoom sur l'oeuvre


GTGBMERCIEJDARC

Antonin Mercié, pour la gloire de la Nation

Antonin Mercié est né à Toulouse, rue du Cheval-Blanc, non loin du Foirail aux premières heures du 30 octobre de l’année 1845. Son père, forgeron en voitures, travaillait d’ailleurs chez un carrossier du Foirail. Peu attiré par l’industrie familiale, l’enfant est orienté vers… la carrosserie mais sans plus de succès. La forge ne l’intéresse pas plus.

Comme il aimait dessiner, ses parents le mettent en apprentissage chez un ornemaniste, sculpteur en chaises et fauteuils. Antonin Mercié et ses dessins y attirent l’attention. Consulté, Alexandre Falguière, toulousain lui aussi, encourage vivement les parents du jeune Antonin à l’inscrire à l’Ecole des Beaux-Arts, à Paris. Le sculpteur faisant remarquer aux parents que les premières années seraient difficiles, le père, Guillaume, répond sobrement de son accent rocailleux : « Je lui donnerai jusqu’à mon dernier sou ! ».

Les premières années sont plutôt nonchalantes. Le jeune Antonin suit les enseignements de François Jouffroy (1806-1882) et de son compatriote, le toulousain Alexandre Falguière (1831-1900). Mais plus que de travailler avec acharnement, le jeune artiste préfère respirer l’air des musées, se coucher tôt mais… se lever tard !

En 1866, c’est le concours pour le Prix de Rome. Il faut bien se mettre au travail sérieusement. Et le miracle se produit : il emporte le Premier Prix. Il a juste 23 ans. Pensionnaire depuis deux ans à la Villa Médicis, il exécute David après le Combat, qu’il envoie au Salon (1872). Son roi David, représenté encore adolescent, debout, le pied sur la tête de Goliath, remet au fourreau d’un geste tranquille, large et hardi le glaive qu’il a pris à son redoutable ennemi.
Cette œuvre magistrale vaut à son auteur une médaille de Première Classe et la Légion d’Honneur. Jamais jusqu’alors, et jamais ensuite, un pensionnaire de la Villa Médicis ne recevra la Légion d’Honneur du temps qu’il était pensionnaire de la Villa Médicis !

L’année suivante, revenu en France, il sculpte Gloria Victis ! Cri du cœur d’un jeune français blessé dans son patriotisme par les jours terribles de 1870-71 qu’il ne veut oublier. Ce groupe magnifie l’héroïsme de la Nation et de ses soldats, malgré la défaite. Il symbolise le sentiment de fidélité et d’amour du tout un peuple envers sa patrie mutilée. Elle représente la Gloire, saisissant dans ses bras, dans un geste imprégné à la fois d’amour et d’indignation, le corps agonisant d’un jeune soldat frappé à mort, alors qu’il défend le sol de la Patrie. Il n’a pas encore lâché son épée, pourtant brisée, dans un geste aussi dérisoire que grandiose. Les ailes de la Gloire, majestueusement déployées, frémissent en emportant le corps sacrifié vers les Cieux bienveillants. Médaille d’honneur au Salon de 1873, cette œuvre connait un immense succès qui a assoie la renommée d’Antonin Mercié. Elle trouve une résonnance immédiate dans l’âme d’un public touché au cœur. L’on peut, aujourd’hui encore, l’admirer dans le hall du Petit Palais, place de la Libération à Châlons-en-Champagne, mais aussi à Agen, Belfort, Bordeaux, Cholet, Niort, Saint-Denis, Copenhague au Danemark ou Washington.


Au fait de la gloire, touché par la grâce de la muse Inspiration, Antonin Mercié sculpte. Chaque année est marquée par plusieurs nouvelles créations, qui remportent toutes un immense succès. A partir de 1880, notre Toulousain est un artiste complet. S’il est le maitre du ciseau et de l’ébauchoir, il aime aussi à se servir du pinceau et des couleurs. Avec un talent tel, qu’il est distingué lors des salons de 1883 et 1899.

De petite taille mais trapu et solide, les cheveux plaqués sur le front, l’œil noir vif et pétillant, la moustache abondante, Antonin Mercié est un méridional. S’il n’en n’a pas la faconde, plutôt réservé et modeste qu’il est, il en a conservé l’accent chantant et la bonhommie. S’il se trouve à Paris quelque Toulousain parlant la langue d’Oc, le voilà parti à converser avec lui dans cette langue apprise au berceau, et qu’il n’oublie pas. Rêveur concentré sur sa tâche, « en voilà un qui n’est jamais seul, même et surtout quand il n’a personne avec lui » disent de lui ceux qui le connaissent bien, il n’aime guère être questionné sur lui-même, son œuvre ou son travail en cours. Il prend alors un air lointain, se dérobe derrière un sourire évasif, mais néanmoins courtois, et si d’aventure il ne peut couper à l’interrogatoire, le voilà qui bégaie et perd son assurance. Mais que l’on en vienne à parler art en général, alors là, tout change. Il n’est d’aucune école, et admire tout ce que les époques précédentes ont pu produire. Nul parti pris, seul le beau est important.
"Que voulez-vous, dit-il simplement à ceux qui ne le comprennent pas, j’aime dans les autres les qualités que je n’ai pas ! ».


Membre de l’Institut (en juin 1891, en remplacement du sculpteur Henri Chapu décédé précocement à l’âge de 58 ans, le 21 avril 1891), il ne compte plus ses récompenses aux Salons (dont la médaille d’honneur, à deux reprises), aux expositions universelles, quand il est fait, en 1900, Grand Officier de la Légion d’honneur et nommé professeur à l’Ecole des Beaux-arts. Le sculpteur Henri Greber passe notamment dans ses classes, celui-là même qui réalisera, quelques années plus tard, la statue en pied d’Emmanuel Frémiet du Jardin des Plantes.


Ses pairs l’apprécient, la foule admire ses œuvres. Une dizaine d’années avant sa mort, la maison Barbedienne avait vendu plus de 20 000 exemplaires de son seul David après la Combat ; Gloria Victis ! ou son Génie Pleurant faisant les mêmes scores.
Bien que fils du pays d’Oc, Antonin Mercié a, toute sa carrière durant, été inspiré et mû par un très fort attachement à la France. Du début de sa carrière, avec Gloria Victis, à ses deux dernières œuvres (Jeanne d’Arc triomphante et Gloria Victoribus), il sculpte avec passion des sujets patriotiques, tels Quand Même !
Mais la maladie le tient, il lutte, continue de sculpter, mais épuisé, il s’éteint le 14 décembre 1916.

L’œuvre

Caparaçonnée dans son armure, coiffée de la couronne de laurier des vainqueurs, le casque et l’épée reposant à ses pieds, Jehanne d’Arc est perdue dans une prière qu’exprime ses mains jointes et la sérénité de son visage.

Jeanne d’Arc, mythe fondateur de la Troisième République

Qui ne connait pas Jeanne d’Arc, la petite lorraine qui sauva le Royaume de France ?
Née au cœur de la guerre de Cent Ans, en 1412, dans le petit village vosgien de Domrémy, Jeanne entend, à 13 ans, des voix célestes lui demandant de libérer le Royaume de France de son ennemi anglais. Partie de rien, elle galvanise les armées françaises et le roi lui-même jusqu’à sa capture, en 1430. Accusée d’hérésie, elle est condamnée, et brûlée vive le 30 mai 1431 sur la place du Vieux Marché, à Rouen.

Plus ou moins oubliée des siècles précédents, dès le début du 19ème siècle, elle devient une figure très populaire, admirée et aimée des Français dans un élan très romantique qui s’est renforcé de sentiments patriotiques à la fin du siècle et les malheurs de 1871. Les facettes si contradictoires de la petite Lorraine fascinent : fille du peuple vertueuse et modeste, elle est une guerrière acharnée ; fervente chrétienne, elle est condamnée par l’Eglise ; dévouée à son Roi, elle est trahie par lui. L’historien Jules Michelet n’est pas étranger à ce regain d’intérêt pour la personnalité de Jeanne d’Arc. En 1841, dans le livre V de son Histoire de France, il met en avant sa figure héroïque qui s’impose par son exemplarité. La vierge guerrière des Marches de Lorraine est la libératrice. A sa voix, la France se réveille, réunit ses troupes. L’espérance renait dans les cœurs jusqu’à la victoire.

Toute une littérature historique se développe autour de ce thème, qui est porté à son paroxysme après la défaite de 1871. Les politiques s’en emparent. Héroïne historique et mythe fondateur, Jeanne d’Arc participe, après la chute du Second Empire, au fort mouvement nationaliste qui s’installe en France. Elle symbolise l’espérance et la revanche des Français. Dans toutes les villes de France, des statues monumentales de l’héroïne de Domrémy s’élèvent. Dans la capitale, quatre statues la représentant sont érigées entre 1874 et 1900. Dans les Vosges, à la Jumenterie (au sommet du Ballon d’Alsace), un industriel de la région, Napoléon Marchal, commande en 1909, à Mathurin Moreau (1822-1922) une statue équestre de Jeanne d’Arc. Sur son cheval cabré, Jeanne d’Arc en armure, tend son étendard comme pour dire « Tout n’est pas perdu » ! Et c’est exactement le message que l’industriel vosgien veut faire passer. Fervent patriote, il entend à la fois faire un pied de nez à la Prusse (la statue, orientée au nord, tournait ainsi délibérément le dos à l’ennemi héréditaire) et créer l’espoir chez les Lorrains et les Alsaciens réfugiés dans la vallée de la Moselle après l’annexion de leurs régions par les Prussiens. Lorsqu’en 1918, elles réintégrèrent la France, la statue de Jeanne d’Arc fut retournée vers l’Est, regardant désormais vers une Europe pacifiée et pacifique.

Et elle inspire, Jeanne d’Arc, les écrivains, les journalistes, les politiques, et les artistes. Son effigie investit les monuments publics, aussi bien laïques que religieux, ainsi que les espaces privés des maisons. Peintres et sculpteurs s’emparent de son image, la représentant en armure, portant les éperons (symbole de la chevalerie), l’étendard, brandissant son l’épée, en simple bergère de Domrémy, modestement vêtue, à pied, en prière, à cheval, et même en prisonnière, comme en 1894 la Jeanne d’Arc du sculpteur Louis-Ernest Barrias (1841-1905). Elle est aussi mise en poème, en pièce de théâtre, en roman, et même en opéra (Michele Carafa en 1845, Giuseppe Verdi la même année, Charles Gounod en 1873, Auguste Mermet en 1876 et Piotr Ilitch Tchaïkovski en 1878).

Nul ne se lasse de son culte, certains demandent même qu’une fête nationale lui soit dédiée, et chômée à l’égal du 14 juillet ! La piété patriotique autour de la bergère de Lorraine trouve son apogée entre 1871 et 1914. Déjà « sainte » laïque, l’Église la béatifie en 1909. Elle sera canonisée au sortir de la Grande Guerre, en 1920.

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Autres suggestions

LÉON AUGUSTIN LHERMITTE 1844-1925 Époque : Circa 1864-1880 Ecole : École française de peinture naturaliste Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 33,7 cmLongueur : 19,6 cm Dimensions avec cadreHauteur : 56 cmLongueur : 42 cm Encadrement : Cadre à baguettes encadrantes argentées et moulure centrale noire, et passe-partout beurre frais à biseau...

EUGÈNE DELAPLANCHE 1836-1891 Époque : 1873 Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 43 cmProfondeur : 25,5 cm Signature : Signé, daté sur l’arrière rebord du repose-pied : De Laplanche 1873 Un numéro sur le côté droit de la terrasse : CH. C. 342 Signature Fondeur : Barbedienne Fondeur sur le côté droit de la terrasse...

EMILE HEBERT 1828-1893 Époque : Actif sous le Second Empire et la Troisième République Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 22,5 cmLongueur : 81 cmProfondeur : 13 cm (sans les rames) ; 32,5 avec les rames Signature : Sur le côté gauche de la terrasse : E. Hébert Cartel de titre en bronze doré : Le Champion...

ETIENNE LE RALLIC   1891-1968 Époquecirca 1913 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur : 49 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 52 cmLongueur : 35 cm EncadrementBaguette en bois vert argenté SignatureSigné en bas à droite, Le Rallic MatériauLithographie aquarellée

ETIENNE LE RALLIC     1891-1968 ÉpoqueCirca 1913 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur : 49 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 52 cmLongueur : 35cm EncadrementBaguette en bois vert argenté SignatureSigné en bas à droite : Le Rallic MatériauLithographie aquarellée

MAXIMILIEN-LOUIS FIOT           1886 - 1953 ÉpoquePremière moitié du 20ème siècle ÉcoleÉcole française de Sculpture animalière DimensionsHauteur : 38 cmProfondeur : 20 cmLongueur : 66 cm SignatureSur le côté gauche : M. Fiot MatériauBronze à patine verte FondeurÉdition fondue par la maison Susse Frères, Paris,signature et cachet du fondeur.

EMMANUEL FRÉMIET 1824 - 1910 Époquecirca 1860-1880 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française Sculpture animalière DimensionsHauteur : 8 cmProfondeur : 6,5 cmlargeur : 3,5 cmPoids : 231 gr Signaturesur la partie avant gauche de la terrasse : E. FREMIET Porte le numéro sur la terrasse : 59 MatériauÉpreuve en bronze à patine brune nuancée Composée d'une seule...

CHARLES ARTHUR BOURGEOIS 1838-1886 Époque : 1863 pour la première sculpture en plâtre École : École française de sculpture orientaliste Provenance : France DimensionsHauteur hors marbre : 56,5 cmDiamètre de la terrasse : 14,5 cmLargeur : env. 32 cm Signature : à l’arrière de la terrasse : Arthur Bourgeois Sculp.teur Cachet indiquant Exposition de 1900...

Antoine-Louis Barye       1796-1875 Époquevers 1870 École française de sculpture animalière ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 8,2 cmLongueur : 4,8 cmLargeur : 3,2 cmPoids : 137 gr. SignatureArrière droit de la terrasse : BARYE                 FondeurBord gauche de la terrasse : F. BARBEDIENNE Fonte posthume (entre 1880 et 1930) Numéroté sous la...

ALEXANDRE AUGUSTE CARON 1857-1932 ÉpoqueAprès 1916 ProvenanceFrance École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 10 cm             : 11 cm avec le marbreLargeur : 5 cmPoids: 377 gr Signature : Sur le côté de la terrasse : A. Caron MatériauÉpreuve en bronze à patine brune, reposant sur un socle en marbre griotte. Composé d’une seule pièce. Le...

HENRI GEORGES CHARTIER             1859-1924 Époque1895 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de peinture militaria Dimensions à vueHauteur : 53 cmLargeur : 72 cm Dimensions avec cadreHauteur : 73cmLongueur : 92 cm Encadrement Cadre fin 19ème, doré à la feuille, à décors de rinceaux de feuilles et de perles, en très bon état (restauré par L'atelier de la...

MARIUS HUBERT-ROBERT          1888-1966 ÉpoqueEntre-deux-guerre ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de peinture Dimensions à vueHauteur : 46 cmLongueur : 56,5 cm Dimensions avec cadreHauteur : 54 cmLongueur : 63 cm Signatureen bas à droite de la toile CadreCadre à large bord mordoré MatériauHuile sur toileDeux petites réparations à l’arrière (côté droit)

FRÉDÉRIC-AUGUSTE BARTHOLDI               1834 - 1904 Époque1866 pour la première esquisse en plâtre (Musée d’Orsay) ProvenanceFrance École École française de sculpture DimensionsHauteur : 41 cmLongueur : 37 cmProfondeur : 12 cmPoids : 8,2 kg SignatureSur la terrasse sous le postérieur gauche du cheval : Bartholdi Signature du fondeur sur le rebord arrière...

Charles Edouard Richefeu 1868-1945 Époque 1920 pour le chef modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 26 cmLongueur : 20 cmProfondeur : 16 cmPoids : 1273 gr Signature : Sur le côté de la terrasse : Ch. Richefeu Cachet du fondeur sur la base arrière de la terrasse, légèrement effacé : Barbedienne. MatériauÉpreuve en...

Époque1859 pour le chef-modèle en bronze ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 29 cmLargeur :  9,5 cmØ du socle : 9 cmPoids : 1,987 kg SignatureSur la terrasse : E. Frémiet Porte le numéro 54, ce qui atteste d’une fonte More, contemporaine de l’auteur.Porte une inscription sous la terrasse : GrenadierMatériauÉpreuve en...

ArtisteEtienne Le Rallic 1891-1968 Époque1917 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur :  26 cmLongueur : 35 cm EncadrementSimple moulure en bois doré SignatureSigné en bas à droite, Le Rallic Daté : 17 Commentaire concernant le cheval en bas à gauche :DubonnetDemi-sang - bai Marron           par     Sébastopol           -...

Charles CERMAK 1877-1966 ÉpoqueCirca 1930  ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de peinture provençale Dimensions à vue             Dimensions avec cadreHauteur : 35,5 cm              Hauteur : 42,5 cmLongueur : 27 cm               Longueur : 42 cm CadreCadre simple brun foncé MatériauHuile sur panneau SignatureEn bas à gauche : Ch. Cermak

SculpteurErnest Dagonet 1856 - 1926 Époque1903 pour le chef modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 37 cmLongueur : 14 cmLargeur : 10 cm SignatureE. DagonetTitré sur un cartouche de bronze MatériauÉpreuve en bronze à patine brune reposant sur un socle en marbre noir. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet...

SculptricePrincesse Marie d'Orléans 1813-1839 Époque1835 pour l’épreuve originale en marbre, destinée aux Galeries historiques du Musée du Château de Versailles, inaugurées dans le cadre des festivités du mariage du duc d'Orléans, Ferdinand-Philippe avec Hélène de Mecklembourg-Schwerin, le 10 juin 1837.  ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture...

Sculpteur Emmanuel Frémiet - 1824-1910 Époque1862 pour le chef modèle en plâtre ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 36 cm Largeur : 11 cm Profondeur : 29 cm Poids : 5,9 kg. Signature Sur le côté de la terrasse : E. FREMIET MatériauÉpreuve en bronze à patine brune. Numéroté sur le côté de la terrasse : 316Il s'agit donc...

RENÉ DE SAINT-DELIS       1876-1958 Époque Début 20ème siècle Provenance : France Dimensions avec cadreHauteur : 29 cmLongueur : 35 cm Encadrement : Cadre à petite moulure dorée et passe-partout biseauté Signature : Signé en bas à droite, R. de St Delis Matériau : Encre de Chine

Emmanuel FRÉMIET 1824 - 1910 Époque 1885 pour le chef-modèle en plâtre Provenance France École École française de sculpture Dimensions Hauteur sans le socle de marbre : 19 cmHauteur avec le socle de marbre : 23,5 cmDiamètre du socle : 8 cmLargeur : env. 15,5 cmPoids : 1428 gr Signature Sur le côté de la terrasse : E. FREMIET Titre : sur le phylactère :...

Sculpteur Henri-Michel Chapu 1833-1891 Époque1870 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 23 cmØ de la terrasse : 16 cm Poids : 2745 grammes SignatureSur la tranche de la terrasse : h. Chapu Au dos, sur la tranche de la terrasse  : F. Barbedienne, Fondeur. Paris MatériauÉpreuve en bronze à patine médaille. Le bronze est...

SculpteurAdrien-Étienne Gaudez 1845-1902 Époquecirca 1880 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 53 cmProfondeur : 36 cmPoids : 4590 grammes SignatureSur l’avant de la terrasse : A. Gaudez Blason sur l’avant de la terrasse  : blason taillé, chargé de deux dates, celle du début de la campagne de Jeanne d’Ar et celle de sa...

SculpteurEmmanuel Frémiet - 1824-1910 Époque1885 pour le chef modèle en plâtre  ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 39,5 cm Largeur : 30 cm Poids : 1391 gr. SignatureSur l’avant de la terrasse : E. FREMIET TitreSur le phylactère : CREDO Matériau Épreuve en bronze. Très belle double patine brune et noire. Fonte...

Époque1900 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole de peinture marocaine Dimensions avec cadreHauteur : 59,5 cmLongueur : 82 cm CadreSimple moulure en bois argenté MatériauHuile sur toileSignatureEn bas, à gauche: Hammad Jabran

EMMANUEL FRÉMIET          1824-1910 Époque1873 pour le chef modèle en plâtre ProvenanceFrance École : École française de Sculpture DimensionsHauteur : 40 cmLargeur : 15 cm SignatureSur le dessus de la terrasse : E. FREMIETSur la base de la terrasse, d’un côté et de l’autre de la statue, cachet « cire perdue » Fonte posthume. MatériauBronze à la cire...

J. BOUX 20ÈME SIÈCLE Époquecirca 1930 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 30 cmLongueur : 24 cmPoids : 2,352 kg Signaturesurun patin : J. BOUX MatériauÉpreuve en bronze reposant sur un socle en chrome (rapporté).

SculpteurPaul Louchet  - 1854 – 1936 ÉpoqueCirca 1880-1890 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de Sculpture DimensionsHauteur : 11,5 cm Largeur : 6 cm Ø du cachet : 3 cm Poids : 350 gr Signaturesur le côté droit du socle : LOUBET MatériauÉpreuve en bronze, à patine dorée nuancée, en cachet. Le bronze est complet.

SculpteurPierre Le Nordez (1814-1892) ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 25 cmLongueur : 37 cm Largeur : 13,5 cm           Poids : 6,8 kg SignatureSur l’arrière de la terrasse, P. Lenordez. Plaque d’attribution sur la terrasse :    Hervine née en 1848 chez Mr A. Aumont par Mr Wags [Mister Waggs] et  Poetess par Royal...