En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
32ÈME DEMI BRIGADE 1794 - ARMAND-JULES LE VEEL
32ÈME DEMI BRIGADE 1794 - ARMAND-JULES LE VEEL 32ÈME DEMI BRIGADE 1794 - ARMAND-JULES LE VEEL

32ème Demi brigade 1794

ARMAND-JULES LE VEEL
          1821-1905

Époque
19ème siècle

Provenance
France

École
École française de Sculpture

Dimensions
Hauteur : 38.8 cm (30 cm au "chapeau")

Signature
Sur le côté droit de la terrasse : A LEVEEL
Cachet du fondeur : Susse Frères

Matériau
Épreuve bronze à belle patine brune

Aucun manque : le sabre d’officier, sa dragonne et son gland, le mât du drapeau, le fourreau du sabre et les sangles sont au complet.


Zoom sur l'oeuvre


GTG201607B015

Armand-Jules Le Véel, un statuaire collectionneur

C’est à Bricquebec, un petit village du Cotentin (à une vingtaine de kilomètres de Cherbourg), que nait, le 27 janvier 1821, Armand Jules Le Véel. Ses parents sont commerçants, et il se trouve rapidement à la tête d’une fratrie de 12. A 9 ans, il commence ses Humanités au collège de Valogne, et les poursuit à celui de Cherbourg dont il est renvoyé pour avoir caricaturé l’un de ses professeurs. Son père le place, malgré la plus vive des oppositions du jeune Armand chez un épicier de Rouen. Il ne sera pas épicier, trois années d’apprentissage l’en ont convaincu. Il s’installe à Paris, contre l’avis paternel. Il dessine, sculpte, mais ses œuvres ne lui apportent pas de quoi vivre, même pas de quoi survivre. Alors le voilà copiste chez un huissier, théâtreux de remplacement, illustrateur de cartes de visite, vendeur à la maison Susse, puis comptable chez un marchand de fer de la rue du Faubourg Saint-Antoine. Ce dernier poste, stable et bien rémunéré l’assure enfin du quotidien, et il consacre alors ses heures libres à la sculpture.

D’un caractère solitaire, le jeune Armand, introduit auprès du sculpteur renommé Jean-Jacques Feuchère, renonce à fréquenter son salon et son atelier parce que trop envahis. Lorsque le hasard, les remet en présence l’un de l’autre, Jean-Jacques Feuchère cette fois lâche pas celui dont il a détecté le potentiel artistique. Il lui ouvre l’atelier de son ami François Rude. Armand Le Véel y commence dès le lendemain. Il a 24 ans. Parmi les élèves du maître, on trouve Emmanuel Frémiet, et Jean-Baptiste Carpeaux.
Marqué par son grand-père paternel, au service dans les armées de l’An III, fasciné par les récits des guerres révolutionnaires et des vétérans de l’Empire, Armand Le Véel rêve d’héroïsme. Il voue à Napoléon Ier un culte qu’il exprimera, quelques années plus tard, en sculptant pour la ville de Cherbourg, la monumentale statue équestre du héros d’Austerlitz. Pour l’heure, il commence sa carrière de sculpteur en décidant d’écrire, en statues de bronze, l’histoire de France depuis Charlemagne jusqu’à Napoléon Ier, en passant par les Jacqueries, les Albigeois, la Réforme, la Fronde, et la République. Et peu importe s’il commet quelques erreurs historiques…
Les barricades de février 1848 dressent un ardent Armand Le Véel, le sabre de son aïeul au clair, sur la barricade de la rue de Rivoli, dont il est proclamé commandant. Mais les mois s’enchaînent et l’effervescence est plus politique qu’artistique. Incertains de l’avenir, la bourgeoisie n’achète plus ses statuettes d’histoire qui faisaient pourtant fureur jusqu’alors. Qu’à cela ne tienne, Armand Le Véel estime qu’est venu le temps d’une petite visite à sa famille en Normandie. Rappelé à ses souvenirs, de mémoire, il sculpte le buste de Samson Lavalesquerie , le bienfaiteur normand qui depuis plusieurs années le pensionne, et le lui offre. Fort touché du geste, Samson Lavalesquerie lui commande un buste officiel. Ce qui ouvre des perspectives nouvelles à notre sculpteur normand qui, de retour à Paris, se lance dans le portrait en marbre, bien que sa prédilection reste aux sculptures équestres monumentales.

Dans les soubresauts de la guerre franco-prussienne de 1870, Armand Le Véel et les 10 autres membres de la Commission présidée par le peintre Gustave Courbet, sont chargés de protéger et sauver les œuvres d’art d’un Paris au bord du siège (Les Prussiens sont à Versailles).
En septembre 1883, alors qu’il a 61 ans et qu’il culmine au sommet de sa carrière, le sculpteur décide de se retirer de la trépidante vie parisienne qu’il n’a jamais beaucoup appréciée. Taiseux plus que taciturne, préférant le calme et la solitude au bruit et à l’agitation, il ne sait s’exprimer autrement qu’avec une franchise parfois brutale. Avec son épouse Eugénie (la fille du sculpteur Jean-Jacques Feuchère, celui-là même qui lui ouvrit les portes de l’atelier de son maître François Rude), épousée en 1852, il s’installe rue du Maupas, à Cherbourg. Il cesse dès lors de sculpter, mais grand amateur de faïences, verreries, mobiliers et médailles, se consacre à ses collections. Ayant offert plusieurs œuvres à la ville, celle-ci prenant la fonte à sa charge, le statuaire-collectionneur se voit offrir le poste de conservateur en chef du musée Thomas-Henry.

Un officier de la 32ème demi-brigade 1794-1796

Cette œuvre est l’édition en bronze d’une statuette sculptée par Armand Le Véel dans les années 1846-47. Il figure dans le catalogue de la célèbre Maison Susse Frères de 1855 à 1871. Il était proposé dans trois grandeurs (60 cm, 30 cm et 13 cm), en bronze et en plâtre, les réductions se faisant grâce au procédé mécanique et mathématique de Sauvage.
Nous avons ici le deuxième des formats proposé par le fondeur : 30 cm. La Maison Susse en demandait 110 francs (pour comparaison, le salaire annuel moyen d’un ouvrier parisien était de 84 francs).
Solidement campé sur ses jambes, l’officier de la 32ème demi-brigade tient fièrement le drapeau de la brigade rebattu par le vent. Le sabre au clair, il se semble toutefois sur la réserve, comme s’il n’était pas encore certain de la victoire, son regard farouche fixé sur le champ de bataille.
Son attitude n’est pas sans rappeler celle campée par le chef de brigade Antoine Guillaume Rampon à la tête de la 32ème demi-brigade, défendant la redoute de Monte Legino lors de la bataille de Montenotte (Campagne d’Italie) le 10 avril 1796 sur le tableau éponyme de Renée Théodore Berthon (Musée de l’Histoire de France à Versailles).

Les épaulettes, dorées sur l’uniforme réel, indiquent qu’il s’agit d’un officier, ce qui est corroboré par le sabre, ainsi que la dragonne et le gland. Notons au passage la lame en côte de melon…
Pourquoi ne s’agirait-il pas d’Antoine Guillaume Rampon, son vaillant chef de brigade (qui d’ailleurs sera nommé le soir même à l’issue victorieuse de la bataille de Montenotte, par Napoléon général de brigade) ? Il semblerait qu’Armand Le Véel n’ait pas restitué les traits du héros, mais qu’il ait sculpté ses propres traits. La ressemblance avec le médaillon autoportrait (sculpté à la même époque) est flagrante, même si le sculpteur n’a pas doté son officier de la même barbe à deux pointes que lui-même.

L’uniforme de la 32ème demi-brigade est issu de celui des Gardes Nationaux de la Révolution. La tenue des officiers diffère quelque peu de celle des hommes de troupe. Vêtu d’une culotte blanche et des bottes noires à revers d’officiers d’infanterie, il arbore sur son gilet blanc, l’habit bleu de roi à doublure blanche, passements et collet écarlates à passepoil blanc, et revers blancs à passepoils écarlates. Les revers des manches sont blancs à passepoil écarlate. Les boutons sont jaunes et frappées du numéro du régiment. Une ceinture en écharpe dans laquelle il a glissé un pistolet, comme il est à la mode pour les officiers, ceint sa taille. Le col écarlate est tenu par une plaque de cuivre doré tandis que les pans de l’habit, amples et longs, sont retroussés et agrafés. Le bicorne porté en colonne (c’est-à-dire corne en avant) complète l’uniforme de notre officier.
Dans les plis du drapeau, on peut lire la devise suivante : « Un contre Dix ». Il ne s’agit pas de la devise de la 32ème demi-brigade, mais de celle de la 84ème. A cette époque, et comme quasiment tous les régiments, la 32ème demi-brigade n’avait pas de devise, et les cris de guerre avaient été interdit par Bonaparte. Cependant, en 1809, à l’issue de la bataille de Graz, Autriche, qui opposa deux bataillons du 84ème aux autrichiens du général Ignaz Gyulay, l’Empereur avait accordé au 84ème régiment de Ligne, comme éloge à sa bravoure, de graver sur son aigle (insigne des régiments napoléoniens) « Un contre Dix, Graz 26 juillet 1809 ». Armant Le Véel avait-il assimilé la devise du 84ème à la valeureuse et très réputée 32ème demi-brigade ? ou a-t-il simplement voulu en renforcer la bravoure et la gloire en lui attribuant la devise d’un autre Régiment ? Quoiqu’il en soit, la devise du 32ème Régiment de Ligne ne sera pas fixée avant 1915 (« L’invincible »). Quant à la 32ème demi-brigade, Napoléon l’évoquait sous le terme de « La Terrible » ou « La Brave ».

L’armée du Directoire (Première République, octobre 1795-novembre 1799)

Février 1793 : la Convention Thermidorienne décide qu’il est temps de remettre un peu d’ordre dans les armées révolutionnaires issues des anciennes troupes royales et des bataillons de Volontaires. Un premier amalgame les refond en demi-brigades de bataille, qui se mettent en place en 1794. Les guerres et combats menés ayant rapidement fait chuter les effectifs, il a fallu procéder à un Second amalgame de l’Infanterie, le 18 Nivôse An IV (7 janvier 1796). C’est alors que, contrairement à ce qui est gravé sur la terrasse de notre statue, la 32ème demi-brigade de Ligne est formée sur la base du Régiment de Bassigny (1776-1791) à l’illustre renommée. Elle ne l’avait pas été lors du Premier amalgame. Mais au moment où, cinquante plus tard, Armand Le Véel sculpte son héros, sans doute avait-on plus retenu la date du Premier amalgame que celle du Second.
Le 32ème demi-brigade participe aux campagnes de l’an IV à VIII qui la mènent de l’Italie à l’Egypte où elle se couvre de gloire et mérite amplement le surnom donné par Bonaparte : « La Brave ».
Plus tard, le 1er Vendémiaire An XII (24 septembre 1803), elle deviendra le 32ème Régiment de Ligne, qui ne faillira pas à sa réputation de bravoure non seulement pendant l’Empire, mais jusqu’aux deux grandes guerres du 20ème siècle.

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Autres suggestions

EMMANUEL FRÉMIET 1824-1910 Époque : 1885 pour le chef modèle en plâtre Provenance : France École : École française de Sculpture DimensionsHauteur : 39,5 cmLargeur : 30 cm SignatureSur la terrasse : E FREMIETSur la terrasse : F. Barbedienne fondeur Titre : Sur le phylactère brandi par le Croisé : CREDO MatériauÉpreuve ancienne à patine bruneComposée de...

SOURIS À L'HUITRE Époque : circa 1860-1880 Provenance : France École : Ecole française de sculpture DimensionsHauteur : 7 cm ; 2,8 inchesLargeur : 6,5 cm ; 2,6 inchesProfondeur : 6,5 cm ; 2,6 inches Signature : Dans l’angle aigu de la coquille d’huitre : E. FREMIET Matériau : Epreuve en bronze à patine dorée.Golden patina - Composé d’une seule pièce. Le...

DIDIER DEBUT 1824-1893 Époque : 1889 Provenance : France École : École française de Sculpture Orientaliste DimensionsHauteur : 63 cmLargeur : 24,5 cmProfondeur : 29 cm Signature : Sur la terrasse : Debut Cachet : Sur la tranche « Bronze garanti au titre. Paris » Matériau : Épreuve ancienne en bronze à patine polychromeComplète

EUGÈNE LÉON L’HOËST 1874-1937 Époque : Circa 1910 Provenance : France École : École française orientaliste de Sculpture Dimensions : Hauteur : 21 cm SignatureDos de la statue, en bas de la gandoura : E L’HOESTUn numéro sur le côté gauche de la terrasse : 21 MatériauFonte d’édition du début du 20ème, sans marque d’éditeurBronze à patine brune monté sur un...

EMMANUEL FRÉMIET 1824-1910 Époque : 1860 Provenance : France École : École française de Sculpture DimensionsHauteur : 23,5 cmLargeur : 11 cmProfondeur : 9 cm Signature : Sur la terrasse : E. FREMIET MatériauÉpreuve ancienne en bronze à patine bruneBronze composé de 4 pièces, complet

HAMMAD JABRAN1917 - 1993Époque20ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole marocaine de peinture Dimensions à vueHauteur :60 cmLargeur :81 cm Dimensions avec cadreHauteur : 74 cmLongueur : 94 cm EncadrementCadre à trois baguettes en bois couleur cuivre SignatureSigné en bas à gauche en rouge : Hammad Jabran Localisation en bas à droite en rouge : Marrakech...

CHARLES CERMAK 1877-1966 Époque : Circa 1930 Provenance : France École : École française de peinture provençale Dimensions à vueHauteur : 50 cmLongueur : 65 cm Signature : En bas à droite Matériau : Huile sur toile

PAUL WAENDENDRIES 1911-1991 Époque : 20ème siècle Provenance : France École : École Orientaliste française Dimensions hors cadreHauteur : 39 cmLongueur : 56 cm Dimensions avec cadreHauteur : 49 cmLongueur : 66 cm Encadrement : Cadre à double moulure dorée, de facture moderne. Signature : En bas à droite : Paul Waendendries Matériau : Huile sur panneau

Alexandre Josquin - 19ème siècle Époque : Circa 1842-1870 Provenance : France École : École française de peinture Dimensions avec cadreHauteur : 56,5 cmLongueur :50,5 cm EncadrementCadre doré à moulures et rinceaux de feuilles aux quatre coins.Cadre du 19ème siècle, en parfait état (restauré par l'Atelier de la Feuille d'Or 51-Courtisols) Signature :...

CHARLES LOUIS KRATKE 1848 - 1921 Époque : 1894 Provenance : France École : École française de peinture DimensionsA vueHauteur : 46,5 cmLargeur : 36 cm Avec cadreHauteur : 59 cmLargeur : 50,5 cm Signature : En bas à gauche Matériau : Huile sur panneau Cadre couleur vieil or à rinceaux végétaux et marie-louise de velours bordeaux Quelques très légers petits...

ALPHONSE DE NEUVILLE 1835-1885 Époque : circa 1872-1884 École : École française de dessin et peinture militaire Style : Militaria Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 23 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 33,5 cmLongueur : 43,5 cm Encadrement : Cadre doré, et passe-partout amarante à biseau blanc Signature : Signature grattée en...

ALPHONSE DE NEUVILLE 1835-1885 Époque : Circa 1873 École : École française de peinture et dessin militaires Style : Militaria Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 25,5 cmLongueur : 34 cm Dimensions avec cadreHauteur : 33 cmLongueur : 43,5 cm Encadrement : Cadre doré et passe-partout amarante à biseau blanc Signature : Signé en bas à droite : A de...

HAMMAD JABRAN 1917-1993 Époque20ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole marocaine de peinture Dimensions hors cadreHauteur : 60 cmLongueur : 81 cm Dimensions avec cadreHauteur : 72 cmLongueur : 93 cm EncadrementCadre à simple moulure dorée. SignatureEn bas à gauche : Hammad Jabran MatériauHuile sur toile

LÉON AUGUSTIN LHERMITTE 1844-1925 Époque : Circa 1864-1880 Ecole : École française de peinture naturaliste Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 33,7 cmLongueur : 19,6 cm Dimensions avec cadreHauteur : 56 cmLongueur : 42 cm Encadrement : Cadre à baguettes encadrantes argentées et moulure centrale noire, et passe-partout beurre frais à biseau...

ALPHONSE LALAUZE 1872-1936 Époque : Début 20ème siècle Provenance : France École : École française - Peinture militaire Dimensions hors cadreHauteur : 28 cmLongueur : 21 cm Dimensions avec cadreHauteur : 34cmLongueur : 41 cm EncadrementCadre aux bords dorés et pourpre au centre incurvé, de facture moderne, avec passe-partout et biseau anglais doré....

ALPHONSE LALAUZE 1872-1936 Époque : début 20ème siècle Provenance : France ÉcoleÉcole françaisePeinture militaire Dimensions hors cadreHauteur : 28 cmLongueur : 21 cm Dimensions avec cadreHauteur : 34cmLongueur : 41 cm Encadrement : Cadre aux bords dorés et pourpre au centre incurvé, de facture moderne, avec passe-partout et biseau anglais doré. Signature...

ALPHONSE LALAUZE 1872-1936 Époque : Décembre 1930 Provenance : France ÉcoleÉcole française de peinturePro Militaria DimensionsHauteur : 32 cmLongueur : 21 cm Signature : En bas à gauche : Alph Lalauze Matériau : Aquarelle et gouache sur carton

LÉON AUGUSTIN LHERMITTE 1844-1925 Époque : Circa 1864-1880 Ecole : École française de peinture naturaliste Provenance : France Dimensions à vueHauteur : 33,7 cmLongueur : 19,6 cm Dimensions avec cadreHauteur : 56 cmLongueur : 42 cm Encadrement : Cadre à baguettes encadrantes argentées et moulure centrale noire, et passe-partout beurre frais à biseau...

EUGÈNE DELAPLANCHE 1836-1891 Époque : 1873 Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 43 cmProfondeur : 25,5 cm Signature : Signé, daté sur l’arrière rebord du repose-pied : De Laplanche 1873 Un numéro sur le côté droit de la terrasse : CH. C. 342 Signature Fondeur : Barbedienne Fondeur sur le côté droit de la terrasse...

EMILE HEBERT 1828-1893 Époque : Actif sous le Second Empire et la Troisième République Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 22,5 cmLongueur : 81 cmProfondeur : 13 cm (sans les rames) ; 32,5 avec les rames Signature : Sur le côté gauche de la terrasse : E. Hébert Cartel de titre en bronze doré : Le Champion...

PAUL EDOUARD DELABRIÈRE           1829-1912 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 9 cmLongueur : 15 cmProfondeur : 6,5 cm Signaturesur l’avant de la terrasse : E. DELABRIERE MatériauÉpreuve en bronze à patine brune, légères usures. Composé d’une seule pièce. Le bronze est...

ETIENNE LE RALLIC   1891-1968 Époquecirca 1913 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur : 49 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 52 cmLongueur : 35 cm EncadrementBaguette en bois vert argenté SignatureSigné en bas à droite, Le Rallic MatériauLithographie aquarellée

ETIENNE LE RALLIC     1891-1968 ÉpoqueCirca 1913 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur : 49 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 52 cmLongueur : 35cm EncadrementBaguette en bois vert argenté SignatureSigné en bas à droite : Le Rallic MatériauLithographie aquarellée

MAXIMILIEN-LOUIS FIOT           1886 - 1953 ÉpoquePremière moitié du 20ème siècle ÉcoleÉcole française de Sculpture animalière DimensionsHauteur : 38 cmProfondeur : 20 cmLongueur : 66 cm SignatureSur le côté gauche : M. Fiot MatériauBronze à patine verte FondeurÉdition fondue par la maison Susse Frères, Paris,signature et cachet du fondeur.

ADOLPHE JEAN LAVERGNE 2ÈME MOITIÉ 19ÈME SIÈCLE Époque : Actif entre 1863 et 1894 Provenance : France École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 24 cmLongueur : 6 cmProfondeur : 4,5 cmPoids : 725 gr. SignatureSur le côté gauche de la terrasse : Lavergne Cartel d’attribution : Pêcheur par Lavergne Inscriptions sous la terrasse MatériauÉpreuve...

EpoqueCirca 1920-1930 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 8,6 et 8 cmLongueur : 8 et 7 cmPoids : 77 gr                      MatériauArgent 800 ‰ Inscriptions très fines et illisibles sous le dessous de chaque jonque, la même semble-t-il pour les deux jonques. Les gréements sont complets.Seule une rame de la plus petite jonque fait défaut.

EMMANUEL FRÉMIET 1824 - 1910 Époquecirca 1860-1880 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française Sculpture animalière DimensionsHauteur : 8 cmProfondeur : 6,5 cmlargeur : 3,5 cmPoids : 231 gr Signaturesur la partie avant gauche de la terrasse : E. FREMIET Porte le numéro sur la terrasse : 59 MatériauÉpreuve en bronze à patine brune nuancée Composée d'une seule...

CHARLES ARTHUR BOURGEOIS 1838-1886 Époque : 1863 pour la première sculpture en plâtre École : École française de sculpture orientaliste Provenance : France DimensionsHauteur hors marbre : 56,5 cmDiamètre de la terrasse : 14,5 cmLargeur : env. 32 cm Signature : à l’arrière de la terrasse : Arthur Bourgeois Sculp.teur Cachet indiquant Exposition de 1900...

EMMANUEL FREMIET        1824-1910 Époquev. 1866 pour le chef-modèle ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 24 cm Longueur : 28 cmPoids : 3362 gr Signaturesur la terrasse : E. FREMIETSignature du fondeur : F. Barbedienne, fondeur MatériauÉpreuve en bronze patine brune, reposant sur un socle ovoïde. Composé d’une seule pièce, le bronze est complet.

Antoine-Louis Barye       1796-1875 Époquevers 1870 École française de sculpture animalière ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 8,2 cmLongueur : 4,8 cmLargeur : 3,2 cmPoids : 137 gr. SignatureArrière droit de la terrasse : BARYE                 FondeurBord gauche de la terrasse : F. BARBEDIENNE Fonte posthume (entre 1880 et 1930) Numéroté sous la...