En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier
Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier

Ange Gardien des Enfants de France - J. Pradier

Artiste
James Pradier
Genève (Suisse) 1790 – Bougival, 1852

École
École de sculpture française

Époque
1852 pour le chef modèle

Dimensions
Hauteur : env. 26,5 cm
Largeur : env. 12 cm
Longueur : env. 21 cm

Signature
signé : Pradier sculpt.

Matériau
Épreuve en bronze à patine brune, reposant sur un socle rectangulaire à pans coupés sur le devant. Le bronze est complet.


Zoom sur l'oeuvre


GTGBANGEGARDIENPRADIER

1 250€

James Pradier sculpteur néoclassique

Jean-Jacques PRADIER nait le 23 mai 1790 à Genève dans une famille protestante originaire du Gard, réfugiée en Suisse après la Révocation de l’Édit de Nantes. Développant de réels talents artistiques, ses parents, Jacques Pierre PRADIER et Jeanne Françoise DUNANT le placent chez un bijoutier, où il apprend la gravure sur métaux. Il suit en même des cours à l’École de Dessin de Genève. Il est remarqué par Vivant DENON, alors en mission à Genève. Le savant fait venir le jeune garçon, à Paris. Celui-ci y retrouve son frère aîné, Charles Simon, graveur. Admis dans l’atelier de François GÉRARD (1770-1837), il se forme à la peinture et entre, à l’École des Beaux-Arts où il étudie la sculpture auprès de Frédéric LEMOT (1773-1827). En septembre 1813, il obtient le prix de Rome grâce à son groupe Néoptolème empêchant Philoctète de percer Ulysse de ses flèches. Il réside cinq ans Villa Médicis. Amoureux de la Ville Éternelle, il rêva toujours de s’y installer, et fit deux autres longs séjours en 1823-24 et 1841-42 (avec son élève Eugène Lequesne).

Dès son retour en France, il expose au Salon des Artistes français (1819), et remporte une médaille pour les deux groupes qu’il y présente : Centaur et Bacchante et Nymphe.
Son coup de ciseau très classique le fait grandement apprécier des Bourbons, et des Orléans. Il réalise le buste de Louis XVIII en 1824, et celui de Louis-Philippe en 1834. Il est même pressenti pour réaliser la Jeanne d’Arc que Louis-Philippe veut placer au cœur du Musée qu’il est en train de créer au Château de Versailles. Toutefois, son projet déçoit un peu le roi. C’est finalement la princesse royale Marie d’Orléans qui réalisera une statue toute en douceur et en intériorité. Ce qui n’empêche pas James PRADIER, puisque c’est ainsi qu’il se fait appeler désormais, d’exécuter de très nombreuses commandes pour l’État et la Maison d’Orléans : le gisant du duc Ferdinand d’Orléans pour la chapelle royale de Dreux, le mausolée du duc de Berry pour la cathédrale de Versailles, les Figures de la Renommée de l’Arc de Triomphe, les 12 Victoires (chacune représentant, on s’en doute, une bataille remportée par l’Empereur) qui entourent le tombeau de Napoléon dans la crypte des Invalides, plusieurs statues pour la place de la Concorde…

James Pradier est alors l’une des coqueluches parisiennes. Il fréquente assidument les salons à la mode, et deux fois par semaine, dans son atelier de la rue de l’Abbaye, se retrouvent une bande improbable de peintres, poètes, musiciens, hommes politiques en vogue, écrivains, femmes du monde, demies mondaines, modèles, maitresses passées, actuelles ou futures du sculpteur… Affichant avec ostentation un dandysme raffiné, il discourt avec faconde et grands gestes, éblouissant positivement ceux qui l’écoutent. D’une imagination débordante, il fourmille d’un salmigondis de projets qu’il expose à qui veut l’entendre, mais finalement, n’en mène que peu à terme. Si l’artiste est de talent, l’homme est… plutôt vaniteux, très autocentré, parfois brutal dans ses paroles et souvent d’un cynisme involontaire et abrupt.

James Pradier, Le Magasin Pittoresque 1852, dessin de Chevignaud


Bel homme au charisme certain, James PRADIER collectionne les conquêtes comme d’autres ses sculptures. L’une d’elle, Julienne GAUVAIN a tout juste 19 ans. Elle est ravissante, un teint de lait, de grands yeux innocents, une somptueuse chevelure brune et un corps que James Pradier ne se lasse pas de sculpter. Le 12 novembre 1826 leur naît une fille, Claire. James PRADIER est à la veille d’entrer à l’institut et cet enfant et sa mère l’embarrassent quelque peu. Il expédie le bébé en nourrice et la mère à Bruxelles.  La jeune femme revient quelques années plus tard en France, où elle se produit avec succès et talent sur les scènes du théâtre Saint-Martin et celui de l’Odéon, sous le nom de Juliette DROUET. Alors qu’elle interprète le Princesse Negroni, dans Lucrèce Borgia, elle en rencontre l’auteur, Victor HUGO, en février 1833. Leur amour dura 51 ans… Cela pourrait être une autre histoire, mais finalement pas tant que ça, car Victor HUGO occupe une place tout-à-fait paternelle dans la vie de Claire. Son sculpteur de père ne s’est jamais vraiment occupé d’elle, et par intermittence quand il le faisait. Claire meurt à 20 ans et repose au cimetière de Saint-Mandé, où la rejoindra sa mère des années plus tard. Le 27 août 1833 à Paris, il épouse Louise d’ARCET âgée de 19 ans, il en a 43. Ils ont trois enfants, Charlotte, Jean Jacques dit John et Thérèse. Mais « la belle Louise aux cheveux d’or », comme l’appelait Alexandre DUMAS fils, est infidèle,  frivole, et prodigue. Le sculpteur obtient grâce à un constat d’adultère la séparation en janvier 1845.

Admis à l’Académie des Beaux-Arts en 1827 où il enseigna jusqu’à sa mort, James PRADIER obtient un poste de professeur à l’École des Beaux-Arts l’année suivante. Cette même année, il est fait chevalier de la Légion d’Honneur, puis officier en 1834. Le vendredi 5 juin, alors qu’il se promenait du côté de Bougival, dans les Yvelines, en dissertant sur l’art entouré de ses élèves, James PRADIER tombe brutalement sans connaissance. Les premiers soins qui lui sont donnés sont inutiles, le sculpteur venait d’être terrassé par une apoplexie foudroyante, il avait 62 ans… Sculpteur extrêmement prolifique, il laisse quelques 500 sculptures.

 L'ange gardien des Enfants de France

James PRADIER est actif entre 1820 et 1852. Durant la majeure partie de sa carrière, il bénéficie de la bienveillance officielle du roi Louis-Philippe et de la reine Marie-Amélie, bien que le peintre et sculpteur Ary Scheffer, professeur de sculpture de la princesse Marie, le déteste cordialement. Il obtient néanmoins de nombreuses commandes pour des statues ou bustes. C’est ainsi qu’il sculpte sur le thème de l’ange gardien, trois groupes dédiés aux Enfants de France.

Le premier, groupe, réalisé en 1841, représente un ange assis, déployant ses ailes, et jouant du luth, un bébé endormi dans son giron.
Le deuxième groupe, exécuté en 1842, figure un ange debout, sans luth, mais protégeant les Enfants de France, le prince Philippe d’Orléans, comte de Paris, né en 1838 et les prince Robert d’Orléans, duc de Chartres, né en 1840. Tous deux étaient les fils du très aimé prince héritier Ferdinand d’Orléans et d’Hélène de Mecklembourg-Schwerin, et donc petits-fils du roi Louis-Philippe.
Le troisième groupe, celui-là même que nous vous présentons, a été sculpté au printemps 1842. Il expose dans la continuité des deux précédents groupes, un ange gardien assis tenant d'une main un luth et protégeant le petit Gaston d’Orléans endormi à ses côtés dans un berceau. En effet, le 28 avril 1842 venait de naître dans le foyer du deuxième fils du roi Louis-Philippe, Louis d’Orléans duc de Nemours et de Victoire de Saxe-Cobourg, un petit garçon, Gaston d’Orléans, comte d’Eu.
Quelques semaines après la réalisation de cette œuvre tutélaire, le 13 juillet 1842, la famille royale est anéantie par la mort dramatique à 32 ans, du prince héritier Ferdinand d’Orléans. Adulé des Français, le jeune prince, courtois, affable, mais rigoureux et déterminé, possédait tous les atouts qui auraient fait de lui un grand roi. Militaire courageux et loyal, doté d’une intelligence politique et de qualités de cœur et d’âme incontestables, il était l’espoir de la Nation. James PRADIER sculptera un émouvant buste du défunt prince héritier, d’après le moulage en plâtre de son masque mortuaire effectué deux jours après son décès.

Mais pour en revenir à notre groupe, admirons la pose abandonnée de l’enfant, ô combien attendrissante, le somptueux drapé de la tunique de l’ange, qui n’est pas sans rappeler les drapés antiques, la pose de l’ange, qui veille à ce que l’enfant soit bien sous la protection de ses ailes déployées. Protégé par cet ange, la vie de Gaston d'Orléans, comte d’Eu fut bien remplie. Après une enfance en exil en Angleterre, il partait pour le Brésil épouser à 22 ans Isabelle de BRAGANCE, fille aînée de l’empereur du Brésil et héritière du trône. Il s'illustre brillamment dans la guerre que remporta le Brésil contre le Paraguay.

Gaston d'Orléans, comte d'Eu

Exerçant la régence à chacun des séjours de son père en Europe, Isabelle de Bragance signe, le 13 mai 1888, la Lei Aurea, qui met fin à l’esclavage. Mais si cette loi lui vaut le surnom de « Redemprice, elle mécontente les oligarchies caféières qui reprennent leur soutien à la famille impériale.
Le baron de COTEGIPEministre favorable au maintien de l’esclavage déclare à la princesse : « Votre Altesse a libéré une race mais elle a perdu son trône ». Remarque prémonitoire puisque l’année suivante éclate la révolution. L’empereur Pedro II est renversé. Le comte et la comtesse d’Eu ainsi que leurs trois enfants s’exilent en Europe. Au Portugal d’abord, puis en Normandie où, en 1905, le comte d’Eu rachète à son cousin le château d’Eu. Isabelle de Bragance, comtesse d’Eu s’y éteint en 1921. Voulant se rendre au Brésil pour y célébrer le centenaire de l’indépendance du pays, l’ancienne famille impériale y étant désormais autorisée, Gaston d’Orléans embarque sur le Massalia où il meurt le 28 août 1822 à l’âge de 80 ans, en plein cœur de l’Océan atlantique…

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Longueurenv. 21 cm
Hauteurenv. 26,5 cm
Largeurenv. 12 cm
Style - Période1842 pour le chef modèle
SignatureSur le côté de la terrasse
ÉpoqueDeuxième moitié du 19ème siècle
Matériaubronze à patine brune

Autres suggestions

1 450€

      SculpteurCharles Félix GIR 1883-1941 ÉpoqueCirca 1905-1914 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 31 cmLongueur : 20 cmLargeur : 20 cm Poids : 4,821kg SignatureSur l’avant gauche de la terrasse. MatériauBronze à patine brune. Le bronze est complet.  

1 450€

Sculpteur Charles Félix GIR 1883-1941 Époque1908 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsØ de la terrasse : 14 cmHauteur : 30 cmLongueur : 17 cmLargeur :  17 cm       Poids : 4,085 kg SignatureSigné, daté Sur l’avant gauche de la terrasse. Cachet du fondeursur l'arrière de la terrasse : Jaboeuf et RouardIl s’agit donc d’une fonte au...

380€

SculpteurE. Joukanech Époque ca 1918-1930 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 15 cm Terrasse : 4 X 4 cm Socle en onyx vert : 5,5 X 5,5 X 3 cm Poids : 806 grammes SignatureÀ l’arrière du buste: E. Joukanech Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée. La patine présente quelques traces d'usures. 

220€

ÉpoqueCirca 1900 Art Nouveau ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 9 cmProfondeur : 2,8 cmØ du cachet : 2,5 cm Poids :  168 gr. SignatureNon signé Matériau Épreuve en bronze à patine dorée. Matrice du cachet non gravée

780€

SculpteurIrénée Rochard 1906-1984 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 19 cmLargeur : 7,5cmLongueur : 21 cm              Poids : 1,640 kgSignatureÀ l’arrière gauche de la terrasse. Matériau Bronze à patine brune. Le bronze est complet. Aucun manque dans la ramure du cerf.

900€

Le Marchand d’Oranges SculpteurDidier Debut 1824 - 1893 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture orientale DimensionsHauteur : 30 cmProfondeur : 20 cmLargeur : 26 cm Poids :  2860 gr. Terrasse Longueur : 14,8 cmLargeur : 11,3 cm Signature Sur la terrasse : Debut Cachet de Garanti Plaque indiquant « Prix de...

2 100€

SculpteurPierre Louis Détrier 1822-1897 ÉpoqueSeconde moitié du 19ème siècle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 41 cmLargeur : env. 19 cmProfondeur : 22 cm Base rectangulaire : 16,5 X 19,5 SignatureSur le côté droit de la base Matériau Épreuve en bronze à patine chocolat, reposant sur une terrasse rectangulaire.

720€

SculpteurPaul Mahler 1864 - 1923 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 8 cmLongueur : env. 16 cm Base rectangulaire : 15,5 X 10 Poids : 950 gr SignatureSur la terrasse : entre les deux pattes du chat tranche arrière de la terrasse, signature du fondeur : IHF Fondeur Paris Sous le bronze, cachet et n° 1117 Matériau...

370€

SculpteurThomas Cartier 1879-1943 Époquecirca 1884-1914 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : environ 7 cmLargeur : env. 3 cmProfondeur : 2,5 cm Poids : 226 grammes Ø : 3,8 cmSignatureSur la terrasse : T. Cartier Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.

280€

ÉpoqueCirca 1900-1914 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : environ 4 cmLongueur : env. 20cm Poids : 470 grammes Matériau Bronze à patine mordorée.

800€

Sœur de Charité SculpteurEmmanuel Frémiet 1824-1910 Époque1859 pour le chef-modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 23 cmLargeur : environ 13 cmØ : env. 9,5cm Poids : 1,686 kg SignatureSur l’avant de la terrasse : E. FremietNuméro sous la sculpture : 477 Matériau Bronze à patine brune.

500€

ArtisteJean Bulio 1827 - 1911 ÉcoleÉcole de sculpture française Époque Circa 1880 pour le chef-modèle Dimensions Hauteur :  env. 30 cm Largeur : env. 18 cm Profondeur : env. 13 cm Poids : 2850 gr. SignatureSur le revers du buste Matériau Épreuve en bronze à patine brune.

160€

ArtisteGeorges Maxim dit Geo 1885 - 1940 ÉcoleÉcole de sculpture française Dimensions Hauteur :  env. 11,5 cm Largeur : env. 6 cm Profondeur : env. 4 cm Poids : 394 gr. SignatureÀ l’arrière de la terrasse Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.

160€

ArtisteGeorges Maxim dit Geo 1885 - 1940 ÉcoleÉcole de sculpture française Dimensions Hauteur :  env. 11,5 cm Largeur : env. 6 cm Profondeur : env. 4 cm Poids : 344 gr. SignatureÀ l’arrière de la terrasse Matériau Épreuve en bronze à patine mordorée.

1 900€

SculpteurAntonio BOFILL - actif en France dans le premier quart du 20ème siècle Époque Début 20ème siècle École École française de Sculpture Dimensions Hauteur : env. 45 cm Longueur : env. 40 cm Largeur : env. 12,5 cm SignatureSigné sur le motif (au pied du sabot antérieur droit), trèsLégendé sur le côté de la terrasse : Le Dernier d’une Race de...

1 200€

SculpteurÉmile Picault – 1833 - 1922 Époque  circa 1865-1914École École française de SculptureDimensions Hauteur : env. 25 cmTerrasse : 7,8 X 7,8 cmPoids : 1867 gr.SignatureSigné à l’arrière de la terrasse sur le motif Épreuve en bronze à patine médaillée composée de plusieurs pièces. Aucun manque.

2 300€

SculpteurÉmile Louis LaporteParis 1858-1907 Époque1884 pour le chef-modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 61 cmLongueur base : 24.5 cmLargeur base : 19.5 cm Poids : env. 14 kg SignatureSigné sur le motif : E. LAPORTE Numéroté : 7239 Marque de Fondeur : Siot Decauville Matériau Épreuve en bronze à patine médaille....

450€

ArtistePierre-Jules Mêne 1810 - 1879 Époque1850 pour le chef modèle Provenance France École École française de Sculpture animalière Dimensions Longueur : env. 10,4 cm Hauteur : env. 2,9 cm Largeur : env. 4,8 cm Poids : 192 gr Signature sur le devant de la terrasse  Daté Matériau Épreuve en bronze, à patine brune reposant sur une terrasse ovale, composée...

650€

SculpteurIsidore Bonheur 1827 - 1901 ÉpoqueDernier tiers 19ème siècle ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsLongueur : 16,5 cmHauteur : 15,5 cmLargeur : 5 cm Poids : 1123 gr. SignatureSur le côté droit de la terrasse, sur le motif  Matériau Épreuve en bronze à patine brune reposant sur une terrasse rectangulaire. À noter un léger saut de...

380€

ArtisteAlexandre LéonardParis, 1821 - 1877 ÉcoleÉcole de sculpture française de sculpture animalière DimensionsHauteur : env. 14 cmTerrasse ovoïde : 18 X 7,5 cmPoids : 820 grammes Signaturesigné sur le motif A. LEONARD  Matériau Épreuve en bronze à patine brune. Fonte d’édition ancienne. 

420€

ArtisteLouis VidalNîmes, 1831 – Paris 12ème, 1892 ÉcoleÉcole de sculpture française de sculpture animalière DimensionsHauteur totale : 15 cm env.Socle ovoïde : 13,6 X 6 cmPoids : 853 grammes Signaturesigné sur le motif Vidal Matériau Épreuve en bronze à patine dorée.Fonte d’édition ancienne.Socle en marbre vert (légères égrenures)

1 150€

Othello ArtisteGeorges Charles CoudrayParis 1862 - 1944 ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur totale : env. 34,5 cmØ Terrasse :  13,5 cmLargeur : env. 18 cm Signaturesigné sur le motif : G. Coudray Matériau Épreuve en bronze à patine chocolat. Socle décoré de motifs.

1 450€

Janissaire ArtisteJean Didier DebutMoulins, 1824 – Paris, 1893 ÉcoleÉcole française de sculpture Époque Circa 1880 DimensionsHauteur totale : env. 32,5 cmTerrasse : 11 X 8,3 cm Poids : 2920 grammes Signaturesigné sur le motif : D. DEBUT Cartel d’attribution : Janissaire, prix de Rome (Didier Debut ayant obtenu un second prix de Rome en 1851)  Matériau...

2 100€

PIERRE-JULES MÊNE    1810-1879 Époque1877 DimensionsHauteur : 53 cmDiamètre du socle : 21 cmLargeur : env. 33 cm SignatureSur le motif, sur l’avant gauche de la terrasse : P.J.MÊNE Datésur le motif : 1877 Présenté en cire au Salon de 1877 (n° 4000) sous le nom de Toréador Spada-Matador.Présenté en bronze, édité par Pierre-Jules Mêne lui-même (n°1349) à...

1 500€

SculptricePrincesse Marie d'Orléans duchesse de WurtembergPalerme (Sicile, Italie) 1813- Pise (Italie) 1839 Époque1835 pour l’épreuve originale en marbre, destinée aux Galeries historiques du Musée du Château de Versailles, inaugurées dans le cadre des festivités du mariage du duc d'Orléans, Ferdinand-Philippe avec Hélène de Mecklembourg-Schwerin, le 10...

280€

ArtisteFranz Peleschka 1873 - ? ÉcoleÉcole de scupture autrichienne DimensionsHauteur :  env. 9,5 cm Largeur : env. 5 cmLongueur : env. 5,5 cm Terrasse : 3 X 3 cm Poids : 428 grammes Signaturesigné sur le bas du dos de la jupe Matériau Épreuve en bronze à patine médaillé, reposant sur un socle carré.Le bronze est complet.

800€

ArtisteGeorges GARDETParis, 1863 – 1939 ÉcoleÉcole de sculpture animalière française Époquecirca 1883-1918 DimensionsHauteur : env. 17 cmSocle circulaire :  11 cm de diamètre Poids : 1,967 kg SignatureSigné sur le motif : G. GARDETSur le bord de la terrasse sous la signature : cachet du fondeur, maison SIOTNuméroté sur le bord de la terrasse : P902...

3 800€

SculpteurPierre-Louis Détrier Vougécourt (Haute-Saône) 1822 - Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), 1897 ÉpoquePrésenté au Salon des Artistes français de 1888Groupe en plâtre, sous le numéro 4431. École École française de Sculpture Dimensions Hauteur : env. 42 cmLongueur : env. 34 cmLargeur : env. 18 cm Poids : 14,8 kg SignatureSigné sur le motif, sur...

1 600€

SculpteurÉmile Louis LaporteParis, 1858-1907 Époque1884 pour le chef-modèle ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 42 cmProfondeur : 22 cm Terrasse : 14 X 17 CM SignatureSigné sur le motif : E. Laporte Cartel d'attribution :Salon des Beaux-Arts n°3659 E. Laporte Sculp. Matériau Épreuve en bronze à patine médaille. Composé de plusieurs...

1 550€

SculpteurÉmile PicaultParis 1833 - 1922 Époque  circa 1880-1990 pour le chef-modèle École École française de Sculpture Dimensions Hauteur totale : env. 47 cmØ socle : 26 cm SignatureSigné à l'avant de la terrasse sur le motif MatériauÉpreuve en bronze à patine médaillée, composée de plusieurs pièces montées et jointes. Aucun manque, le bronze est...