En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales En savoir plus

OK, tout accepter
Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu
Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu

Dragon à la Manoeuvre Charles Richefeu

Dragon de la Troisième République Charles Richefeu

Sculpteur
Claude Édouard Richefeu 1868-1945

Provenance
France

Époque
1915 pour le chef modèle

École
École française de sculpture

Dimensions
Hauteur : 23 cm
Profondeur : 14 cm 
Largeur : 14 cm
Socle : 11 X 8,5 cm             

Poids : 1900 gr.

Signature
Sur le côté de la terrasse : Ch. Richefeu
daté 1915

Cachet fondeur Susse plus inscription sur le rebord de la terrasse Susse Fres éd. Paris

Matériau
Bronze à patine brune reposant sur un socle de forme ovale.  Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.


Zoom sur l'oeuvre


GTGBRICHEFEUDRAGON

Charles Richefeu, le sculpteur de soldats

Né à Paris le 7 janvier 1868, Charles Edouard fait ses classes dans l’atelier de l’Aveyronnais Denys Puech (1854—1942, Grand Prix de Rome en 1884, et directeur, de 1921 à 1933, de la Villa Médicis) ainsi que dans celui de Raoul Verlet (1857-1923, second Prix de Rome en 1887, il est professeur aux Beaux-Arts à partir de 1905, et est élu à l’Institut en 1910, en remplacement d’Emmanuel Frémiet, mort la même année).

Charles Richefeu a 22 ans, lorsqu'il expose pour la première fois au Salon des Artistes français à partir de 1900. Son thème de prédilection est la période napoléonienne. Il sculpte avec grand bonheur des portraits, des figures de soldats du Premier Empire, aux traits marqués et expressifs, ainsi des groupes militaires aux beaux accents de vérité, aux mouvements vivants, aux lignes à la fois nettes, vigoureuses et souples. Il réalise également des groupes pour les monuments aux morts dans les années 192-1930, et plusieurs de ses œuvres sont au catalogue des Fonderie du Val d’Osne, dans la Meuse. Le plus célèbre de ces groupes, La Victoire en Chantant, orne plus d’une vingtaine de monuments aux morts français, ainsi qu’un monument au Tonkin et un autre en Argentine.

Comme l’écrit le critique Raymond Sélig dans son article sur le Salon des Artistes Français paru dans la Revue du Vrai et du Beau (10 octobre 1924) :

« Son talent sincère d’une si frémissante sensibilité, crée des œuvres d’une émotion très communicative. (…). Serviteur passionné de son art, technicien consommé, artiste sensible, original et vrai, Charles Richefeu est un de nos sculpteurs les plus remarquables et les plus intéressants. »

Les Dragons, cavalerie légère

Sous la Troisième République, et jusqu’en 1914, les régiments de Dragons de l’armée françaises n’ont guère l’occasion de s’illustrer, comme ils avaient pu le faire du Directoire jusqu’à la chute du Second Empire à Sedan, en 1870.

Pendant le premier conflit mondial, ils doivent s’adapter aux nouvelles conditions d’une guerre qui ne ressemblait pas aux précédentes. L’utilisation généralisée de la mitraillette (arme pouvant tirer rapidement plusieurs fois sans recharger), et confère une puissance de feu inédite à l’infanterie et à l’artillerie contre laquelle la cavalerie est impuissante. Les tranchées et leurs barbelés ne sont pas non plus, loin s’en faut, favorables aux troupes montées. Et que faire face à des chars, même si le cavalier est cuirassé ?  

Le temps de la cavalerie est passé, et les régiments montés le comprennent dès les premiers jours de la guerre. Le temps des charges héroïques est passé. Dernier baroud d’honneur, l’extraordinaire charge de l’escadron du lieutenant Gaston de Gironde sera la dernière ... Un monde s’est éteint…

Nuit du 9 au 10 septembre 1914, quelque part entre Pouy et Vivières, dans l’Aisne
La nuit tombe. Le 2ème escadron du 16ème Dragons se prépare au bivouac sur le plateau de Mortefontaine, entre les murs fortifiés de la ferme de Vaubéron.
Le 16ème Dragons avait quitté le quartier Louvois, à Reims pour la région de Sedan le 31 juillet. Marches, contre-marches, affrontements meurtriers se succèdent avant qu'il ne reçoive l'ordre de marcher sur Mauberge pour de retarder l’ennemi, avant de faire mouvement vers Paris. Les combats de harcèlement sont d’une intensité rare. 

Le 9 septembre, le lieutenant Gaston de Gironde (il a 35 ans) qui commande au 2ème escadron, est envoyé en reconnaissance vers Soissons. En fin d’après-midi, l’escadron est attaqué par des Uhlans allemands. L'affrontement est rude. Hommes et bêtes sont exténués quand ils atteignent le plateau de Mortefontaine où ils découvrent une ferme fortifiée. La nuit tombe, le lieutenant ordonne le bivouac. Mais le repos et le calme ne seront pas pour tout de suite. Un valet d’écurie vient de signaler au liteutenant qu’une escadrille d’aviation allemande de huit biplaces de reconnaissance de type Aviatik, est parqué à 800 mètres de là.

Impossible de ne rien faire !  Bien que ne pouvant se référer à son État-Major dont il est totalement coupé, et bien qu’il fasse nuit, le lieutenant décide d’attaquer. Il élabore, avec ses quatre officiers, un plan d’action : les pelotons des sous-lieutenant Henry de Kerillis et Paul de Villelume, à pied, sont chargés d’abattre les sentinelles allemandes à l’arme blanche, puis de tirer trois salves sur les avions allemands. À la troisième salve, le lieutenant de Gironde chargera à cheval avec son peloton et le peloton d’Auguste Gaudin de Villaine s’occupera des éventuels fuyards. Le peloton du sous-lieutenant Rollin restera de réserve montée. En temps normal, un peloton est composé de 20 à 30 hommes. Mais l’escadron a subi déjà pas mal de perte, depuis le 31 juillet qu’il est en opérations, et il copte bien moins que 80 soldats.

L’attaque est lancée. Les rafales crépitent. Un véhicule s’embrase. Les flammes illuminent tout le camp. Troisième salve. Les Dragons à pieds s’allongent dans la luzerne. Jaillissant du cœur de la nuit, crinières au vent, les deux pelotons de Dragons sont lancés dans un galop infernal. Les Allemands sont tétanisés un instant. La cavalcade atteint les avions. Les Allemands réagissent. Le crépitement métallique d’une rafale de mitrailleuse éclate. Chevaux et cavaliers sont littéralement fauchés en pleine course. Le Lieutenant de Gironde tombe, mortellement blessé. Le combat se poursuit dans un corps à corps sanglant et féroce. Mais les renforts allemands arrive. Les Dragons n’ont plus de munitions, ils décrochent. Treize morts (dont le lieutenant de Gironde, le sous-lieutenant Gaudin de Villaune, les brigadiers Créty et Porte, et 9 Dragons)  plus leurs chevaux de deux pelotons. 27 survivants dont 8 blessés.

Vous entendrez peut-être dire aujourd’hui que les avions allemands n’ont été qu’égratignés par cette charge d’un héroïsme insensé.
Non, pas une charge insensée.
Juste un baroud d’honneur de ces Dragons du 16ème, qui n’est pas sans rappeler celui du général Margueritte*, pour qui l’honneur et la liberté de la Patrie valait plus que leur propre vie…
Honneur aux héros.

Une exceptionnelle sculpture

Mais notre Dragon, bien que sculpté en 1915, ne raconte pas cette histoire. Mais qui peut affirmer que Charles Richefeu n'y songea point ?

Coiffé du casque modèle 1874 à crinière (qui est d’ailleurs toujours porté en 1914), celui-ci est composé d’une bombe, d’une visière, d’un couvre-nuque, de deux jugulaires composées de 15 écailles en cuivre découpées en festons, d’un bandeau en cuivre frappé d’une grenade enflammée entourée de feuilles de lauriers (détail que l’on peut observer sur le casque de notre sculpture), d’un cimier en cuivre composé de deux ailerons ornés de palmettes et d’un porte porte-plumet en cuivre fixé obliquement en avant de la jugulaire gauche. Notre Dragon, ici en manœuvre, ne porte pas le plumet, de couleur rouge pour le corps de Dragons. Il porte tout son barda, et au côté, à moitié cachée par sa selle, la giberne qui sera supprimée de l'équipement du Dragon en 1880.

Sans doute Charles Richefeu a-t-il voulu sculpter un Dragon en général. Il ne souligne aucun grade ni aucun régiment. Notre Dragon porte la veste de drap (bleu marine pour la troupe, noire pour les officiers) modèle 1872, dont le col est habituellement marqué du numéro de régiment sur une patte de collet rouge garance pour la troupe et sur galon argent pour les officier. Le culotte, rouge garance, est la même que celle des cuirassiers, et porte une bande noire sur les côtés. Notre Dragon porte le sabre modèle 1854, en vigueur chez les Dragons depuis 1869. Il est également équipé du fusil de cavalerie Chassepot.

Ce Dragon de Charles Richefeu est une œuvre rarissime dans la mesure où il n’en existe que très peu d’éditions, et pour laquelle on retrouve la ciselure très soignée, et le sens du détail du sculpteur. 

                                                                     

* 31 août 1871, non loin de Floing (Ardennes), au lieu-dit « Triple Levrettes », 11 heures du matin
Les troupes françaises sont encerclées et pilonnées par l’artillerie prussienne.

À la tête des 1er et 3ème Chasseurs d’Afrique  le général Jean-Auguste Margueritte lance une première charge sur l'infanterie qui couvre les batteries prussiennes.  Le carnage est effroyable, mais l'objectif n'est pas atteint. Le général lance une deuxième charge. Il est deux heures lorsqu’une balle le terrasse. Les deux joues percées, la langue arrachée, le palais brisé, le général est sonné, mais il fait signe à son ordonnance et son aide de camp de le relever. Malgré la pluie de plomb qui fait rage, il se remet en selle. Sous cette tempête meurtrière, tous ses hommes le saluent de vivats sonores en abaissant leurs sabres. Le visage déchiqueté,  le général Margueritte se dresse sur ses étriers, et lance la troisième charge.

À 15 heures, tout est fini. Les pertes françaises sont effroyables. 25 officiers ont été tués et 29 blessés (sur 138),  783 hommes sont blessés, disparus ou tués (sur 1650).

Six jours plus tard (le 6 septembre), le générale Jean-Auguste Margueritte expire au château de Beauraing (Belgique), où il avait été évacué. Il avait 47 ans.

                                                          

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel

Autres suggestions

ETIENNE LE RALLIC     1891-1968 ÉpoqueCirca 1913 ProvenanceFrance Dimensions à vue Hauteur : 49 cmLongueur : 32 cm Dimensions avec cadreHauteur : 52 cmLongueur : 35cm EncadrementBaguette en bois vert argenté SignatureSigné en bas à droite : Le Rallic MatériauLithographie aquarellée

CHARLES ARTHUR BOURGEOIS 1838-1886 Époque : 1863 pour la première sculpture en plâtre École : École française de sculpture orientaliste Provenance : France DimensionsHauteur hors marbre : 56,5 cmDiamètre de la terrasse : 14,5 cmLargeur : env. 32 cm Signature : à l’arrière de la terrasse : Arthur Bourgeois Sculp.teur Cachet indiquant Exposition de 1900...

Antoine-Louis Barye       1796-1875 Époquevers 1870 École française de sculpture animalière ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 8,2 cmLongueur : 4,8 cmLargeur : 3,2 cmPoids : 137 gr. SignatureArrière droit de la terrasse : BARYE                 FondeurBord gauche de la terrasse : F. BARBEDIENNE Fonte posthume (entre 1880 et 1930) Numéroté sous la...

ALEXANDRE AUGUSTE CARON 1857-1932 ÉpoqueAprès 1916 ProvenanceFrance École : École française de sculpture DimensionsHauteur : 10 cm             : 11 cm avec le marbreLargeur : 5 cmPoids: 377 gr Signature : Sur le côté de la terrasse : A. Caron MatériauÉpreuve en bronze à patine brune, reposant sur un socle en marbre griotte. Composé d’une seule pièce. Le...

MARIUS HUBERT-ROBERT          1888-1966 ÉpoqueEntre-deux-guerre ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de peinture Dimensions à vueHauteur : 46 cmLongueur : 56,5 cm Dimensions avec cadreHauteur : 54 cmLongueur : 63 cm Signatureen bas à droite de la toile CadreCadre à large bord mordoré MatériauHuile sur toileDeux petites réparations à l’arrière (côté droit)

FRÉDÉRIC-AUGUSTE BARTHOLDI               1834 - 1904 Époque1866 pour la première esquisse en plâtre (Musée d’Orsay) ProvenanceFrance École École française de sculpture DimensionsHauteur : 41 cmLongueur : 37 cmProfondeur : 12 cmPoids : 8,2 kg SignatureSur la terrasse sous le postérieur gauche du cheval : Bartholdi Signature du fondeur sur le rebord arrière...

Charles CERMAK 1877-1966 ÉpoqueCirca 1930  ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de peinture provençale Dimensions à vue             Dimensions avec cadreHauteur : 35,5 cm              Hauteur : 42,5 cmLongueur : 27 cm               Longueur : 42 cm CadreCadre simple brun foncé MatériauHuile sur panneau SignatureEn bas à gauche : Ch. Cermak

SculpteurErnest Dagonet 1856 - 1926 Époque1903 pour le chef modèle ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 37 cmLongueur : 14 cmLargeur : 10 cm SignatureE. DagonetTitré sur un cartouche de bronze MatériauÉpreuve en bronze à patine brune reposant sur un socle en marbre noir. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet...

Emmanuel FRÉMIET 1824 - 1910 Époque 1885 pour le chef-modèle en plâtre Provenance France École École française de sculpture Dimensions Hauteur sans le socle de marbre : 19 cmHauteur avec le socle de marbre : 23,5 cmDiamètre du socle : 8 cmLargeur : env. 15,5 cmPoids : 1428 gr Signature Sur le côté de la terrasse : E. FREMIET Titre : sur le phylactère :...

SculpteurEmmanuel Frémiet - 1824-1910 Époque1885 pour le chef modèle en plâtre  ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 39,5 cm Largeur : 30 cm Poids : 1391 gr. SignatureSur l’avant de la terrasse : E. FREMIET TitreSur le phylactère : CREDO Matériau Épreuve en bronze. Très belle double patine brune et noire. Fonte...

Époque1900 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole de peinture marocaine Dimensions avec cadreHauteur : 59,5 cmLongueur : 82 cm CadreSimple moulure en bois argenté MatériauHuile sur toileSignatureEn bas, à gauche: Hammad Jabran

SculpteurPaul Louchet  - 1854 – 1936 ÉpoqueCirca 1880-1890 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de Sculpture DimensionsHauteur : 11,5 cm Largeur : 6 cm Ø du cachet : 3 cm Poids : 350 gr Signaturesur le côté droit du socle : LOUBET MatériauÉpreuve en bronze, à patine dorée nuancée, en cachet. Le bronze est complet.

SculpteurPierre Le Nordez (1814-1892) ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 25 cmLongueur : 37 cm Largeur : 13,5 cm           Poids : 6,8 kg SignatureSur l’arrière de la terrasse, P. Lenordez. Plaque d’attribution sur la terrasse :    Hervine née en 1848 chez Mr A. Aumont par Mr Wags [Mister Waggs] et  Poetess par Royal...

LUIS D'AGUIAR          actif entre 1908 et 1912 Époque1911 ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 32 cmLongueur : 37 cmLargeur : 13 cm SignatureSur le côté droit de la terrasse : Aguiar Daté 1911 Cartouche de titre sur la face avant de la terrasse                                  Chantilly Amateur Steeplechase 14 mai 1912...

SculpteurEmmanuel Frémiet 1842-1910 Époque1874 pour le chef modèleProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 74,5 cmLongueur : 50 cmLargeur : 21 cmTerrasse : 34,5 X 11 cm Poids : 14 kg SignatureSur la terrasse, près de l’antérieur droit du cheval : E. Frémiet Épreuve en bronze à patine brune. Composé de plusieurs pièces, le...

SculpteurAuguste Nicolas Caïn 1821-1894 ÉpoqueCirca 1840-1855 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de Sculpture animalière DimensionsHauteur : 6 cm Longueur : 8,5 cm Largeur : 4,7 cm Poids : 295 gr Signaturesur l’arrière de la terrasse : CAIN MatériauÉpreuve en bronze, à patine mordorée nuancée, reposant sur un socle ovoïde. Composée d’une seule pièce,...

ArtisteAntonin Mercié 1845-1916 Époque1906 pour le chef modèle présenté au Salon sous le numéro 3367 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur :  34 cmLongueur : 10  cmProfondeur : 10,5 cmPoids :  1,8 kg Signaturesur le côté droit de la terrasse : a mercié MatériauÉpreuve en métal à patine noire reposant sur un socle en marbre...

ALBERT-ERNEST CARRIER-BELLEUSE                 1824-1887 ÉpoqueCirca 1871 pour le chef modèle ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 27 cmLongueur : 9,5 cmProfondeur : 10 cmPoids : 1.400 kg Signaturesur l’avant de la terrasse : A Carrier Belleuse Titré sur un cartel doré rapporté sur la dernière moulure du socle indiquant :LiseusePar Carrier Belleuse (Gd...

SculpteurMaxime Réal del Sarte 1888-1954 Époque1929 pour la statue monumentale destinée à la ville de Rouen ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 46 cmLongueur :  22 cmLargeur : 10 cm Poids : 7,9 kgSignatureSigné sur le socle, côté droit Porte le numéro 2 MatériauÉpreuve en bronze creux à patine mordoré.Bronze composé...

Jean Lormier   actif dans le deuxième quart du 20ème siècle ÉpoqueArt Déco (circa 1918-1940) École française de sculpture StyleArt Déco ProvenanceFrance DimensionsHauteur : 23 cmLongueur : 7 cmLargeur : 7 cmPoids : 1332 gr. SignatureSur la face arrière de la terrasse : J. Lormier                MatériauÉpreuve chryséléphantine en bronze à double patine...

Époque1919 HENRI-HONORÉ PLÉ: 1853-1922 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 27 cm avecLongueur : 16 cmProfondeur : env. 10 cm Poids : 2402 gr. SignatureEn rouge Henri Plé Daté : 8 mai 1919 MatériauBronze à patine dorée sur un socle en granit naturel.

Époque1874 ProvenanceFrance Dimensions à vueHauteur : 24 cmLongueur : 37 cm Dimensions avec cadreHauteur : 38,5 cmLongueur : 51,5 cm CadreEncadrement récent, en parfait état,cadre doré à décors de feuille et d’une marie-louise vert kaki. MatériauHuile sur panneau Signatureà gauche : AtTbo Daté : 1874           

ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 21 cmLargeur : 15 cmSocle : 7cm x 7cmPoids : 2,4 kg SignatureAucune signature MatériauFonte début 20ème, en bronze à patine médaille.Elle repose un piédouche fixé sur un socle carré.

ÉcoleÉcole française de sculpture ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 32 cmLongueur : 15 cmLargeur : 16 cmTerrasse : 9 X 8 cmPoids : 2497 gr. SignatureSur le dessus gauche de la terrasse, Rancoulet. TitréSur le rebord de la terrasse : Gambetta MatériauBronze à patine brune. FonteMarque des fondeurs Monméja et Gourp sur...

SculpteurLouis-Albert Carvin 1860-1951 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture animalière DimensionsHauteur : 10,5 cmProfondeur : 7 cm Largeur : 6 cm Poids : 508 gr. SignatureSur la base de la terrasse en forme de tronc d’arbre : L. CARVINSur la base arrière de la terrasse : cachet du fondeur : Susse Frères FondeursCachet suivi de la lettre M...

SculpteurDominique Alonzo actif entre 1910 et 1930 ProvenanceBelgique ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur sans le socle : 35 cmHauteur totale : 39 cmLargeur socle compris : 21,5 cmLongueur : 29 cm              Poids : 10,1 kgSignatureÀ l’arrière de la terrasse, du côté droit, derrière la Bretonne. MatériauBronze à patine brune reposant...

SculpteurThéodore Gechter 1796-1844 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 38 cmLargeur : 19 cmLongueur : 35 cm             Poids : 14,9 kgSignatureÀ l’arrière gauche de la terrasse. Signé, daté, titré sur le bord avant de la terrasse.MatériauBronze à patine médaillée. Composé de plusieurs pièces, le bronze est complet.

FondeurFerdinand Barbedienne ProvenanceFrance DimensionsHauteur totale : 20 cmHauteur du buste : 14,5 cmLargeur : 12 cm Socle : 7,8 x 6,2 X 5,5 cm              Poids : 1453 gr. CachetCachet « Reproduction mécanique Colas » ainsi que la marque du fondeur « F. Barbedienne » MatériauBronze à patine brune nuancée reposant sur un socle en petit granit gris. Le...

Pierre Le Nordez 1815-1892 ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de sculpture DimensionsHauteur : 27 cmLongueur : 29,3 cm (terrasse                34 cm de la tête à la queuePoids : 3293 gr. SignatureSur l’arrière de la terrasse, P. Lenordez. MatériauBronze à patine brune. Plaque sur la terrasse retraçant le pedigree du pur-sang Monarque : Monarque !!!,...

AMBROISE LOUIS GARNERAY              1783-1857 ÉpoqueEntre 1821 et 1830 pour la toile originaleEntre 1823 et 1832 pour la lithogravure à l’aquatinte ProvenanceFrance ÉcoleÉcole française de peinture Dimensions à vue Hauteur : 36 cmLongueur : 51 cm Dimensions avec cadreHauteur : 72,5 cmLongueur : 58,5 cm EncadrementCadre placage de loupe de tuya vernissé...